Depuis que le terrassement du terrain de 12 arpents situé sur la pente d’un ravin, à Coromandel, a fait l’objet d’un article, dans une de nos éditions, le promoteur Rooplall Beerjeraz, dit Hans, a temporairement stoppé ses travaux. Des sources concordantes à la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill indiquent qu’un stop order a été émis depuis la semaine d’avant. Le département Bois et Forêts du ministère de l’Environnement ne s’est pas fait prier pour se rendre sur les lieux. Un officier du Pollution Prevention Control (PPC) de l’Environnement s’est également rendu sur place.
La stop notice a été émise le vendredi 22 juin, indique-t-on, par la municipalité pour donner le temps au promoteur de présenter ses autorisations car il ne détient pas de Building & Land Use Permit. Par ailleurs, l’enquête menée par les officiers de Bois et Forêts a établi que (1) de la terre et des masses de pierre ont été illégalement déposées sur une partie de la berge gauche de la Grande-Rivière-Nord-Ouest (GRNO), (2) le terrain sur lequel un nivellement mécanique se fait est privé, et est en bordure de la rivière de GRNO, (3) le terrain où terre et roches ont été déposées n’appartient pas à l’Etat, mais comporte une réserve de 16 mètres de large.
La section 41 du Forests and Reserves Act de 1983 a été enfreinte, étant donné qu’aucune activité ne peut y être entreprise sans une autorisation écrite en bonne et due forme de Bois et Forêts.
L’investigation se poursuit mais il se trouve, indique-t-on, que le promoteur joue aux abonnés absents avec les autorités. Il ne répond ni sur son portable, ni à son bureau. Les autorités comptent incessamment avoir recours à l’assistance de la Police en vue de servir une contravention à Hans Beerjeraz. Des poursuites légales sont envisagées.
Contacté par Week-End, Hans Beerjeraz affirme catégoriquement qu’il n’a jamais été servi une stop notice. « J’ai fini avec le terrassement de mon terrain. Je vais bientôt commencer les travaux de construction », dit-il. Comme indiqué, son architecte déposera une demande à la municipalité en vue d’obtenir le Building & Land Use Permit.
Une source au ministère de l’Environnement indiquait à Week-End qu’il a adressé une lettre au Bois et Forêts. Ce département devait statuer si le terrassement se situe sur une Forest Land et si tel est le cas, le promoteur devra, dès lors, être en possession d’un Environment Impact Assessment (EIA) suivi d’un Environment Monitoring Plan (EMP). Deux semaines après, le ministère attend toujours qu’Hans Beerjeraz se présente
Les habitants se sont regroupés pour une pétition qui sera adressée aux autorités. Ils espèrent qu’Hans Beerjeraz prendra les précautions qu’il faut comme la mise en place des géo-textiles pour éviter la poussière. Ils lancent un appel aux autorités compétentes pour qu’un constat soit effectué afin de prévenir un glissement de terrain. Or, samedi dernier, des habitants ont vu une grosse pierre dégringoler du haut de la pente. « Le tapage que ça a fait et le nuage de poussière en dit long sur ce qui risque de se produire », disent-ils.