50 ans ce lundi 7 août 2017, depuis la tenue des élections générales qui marquèrent l’histoire de notre pays. L’objectif était de permettre au pays d’accéder à l’indépendance. Mais le joug colonial était encore très fortement ressenti dans l’île, au point où la campagne électorale culminant avec ces élections prit des allures de confrontation de deux factions résolument opposées l’une à l’autre : ceux en faveur de l’accession à l’indépendance et ceux farouchement contre. Des foyers de vives tensions furent notés dans diverses régions de l’île alors qu’en contrepartie, la population vivait au rythme du folklore des manifestations et meetings qui ponctuaient cette campagne…
Les journaux de l’époque, en l’occurrence Le Mauricien, L’Express, Advance, Le Cernéen et Mauritius Times relayaient les prises de position de l’une ou l’autre des deux factions qui se disputaient les votes des citoyens. L’île Maurice de 1967 est loin de ce que l’on peut imaginer… L’électricité était un luxe. Les constructions précaires pour la plupart. Les chemins de fer témoignaient encore de l’existence des trains qui emmenaient les Mauriciens d’un bout à l’autre de l’île.
Pour cette nation naissante, franchir le pas de l’indépendance relevait soit d’une utopie, soit de la folie pure. C’est en se basant sur ces idéaux et ces convictions que les politiques d’alors prirent le camp de bâtir leurs programmes électoraux. Ce sont les journaux qui demeurent d’ailleurs le témoin de cette grande page d’histoire qui allait être tournée. Parmi les uns et les autres des Mauriciens qui étaient au premier rang cette année-là, nombreux ont disparu, tandis que d’autres encore ont préféré franchir les océans…
Dans son édition en date du 2 août 1967, Mauritius Times évoquait le dernier furlong avant la joute finale du 7. Bickramsing Ramlallah et Kher Jagatsingh, les deux responsables de rédaction de l’époque, exhortaient les pro-indépendance à ne pas manquer à leur devoir civique. En contraste, dans Le Mauricien, André Masson, rédacteur en chef, émettait les doutes d’une émancipation…
Les techniques ne le permettant pas à l’époque, rares sont les images où l’on peut découvrir le folklore des manifestations populaires organisées par les partis en lice ou les meetings où les orateurs étaient debout… sur les caissons des camions ! Quelques jours après la tenue des élections et la proclamation des résultats, notamment que Maurice allait vers son indépendance, l’heure était aux célébrations dans les colonnes de certaines publications, et à l’avertissement dans les autres. Et les premiers brasiers qui allaient, en janvier 1968, provoquer l’inoubliable bagarre raciale, étaient déjà répercutés dans les colonnes de nos journaux d’époque…
Chaque Mauricien a vécu différemment cette période charnière et en retient des souvenirs personnels. Ci-dessous quelques témoignages de personnalités devenues publiques de notre pays et leurs mots pour dire comment ils ont vécu cet août 1967…