Durant les deux premiers mois de l’année scolaire 2015, la classe de Std I de la Morne Government School n’avait pas eu d’enseignant. L’expérience s’est répétée, car aucun professeur n’est venu assurer les classes depuis le début du troisième trimestre. Le ministère de l’Éducation leur a promis hier après-midi qu’il dépêchera un professeur ce matin. Mais en fin de matinée, les parents attendaient toujours l’arrivée d’un enseignant pour leurs enfants. Révoltés par cette situation, les parents font part de leur colère depuis bientôt une semaine et l’ont manifesté lors d’un “sit-in” ce matin. Ils ont décidé de se rendre au ministère de l’Éducation demain pour faire part de leurs sentiments.
« C’est triste pour nos enfants et c’est révoltant parce que le ministère est au courant depuis le début de l’année de ce problème d’enseignants pour la Std I à la Morne Government School. Le “supply teacher”, qui est arrivé au mois de mars, ne venait pas tous les jours à l’école. Nous en avons assez d’entendre nos enfants dire en rentrant à la maison qu’il n’y avait pas d’enseignant en classe et qu’on les a dispersés dans d’autres classes », témoigne Sweety Labeauté, membre de la PTA. Elle ajoute : « Nous entendons de grands discours ces jours-ci sur la réforme de l’éducation, alors que pendant une année, les responsables de l’Éducation nationale ont été incapables de trouver un enseignant pour s’occuper d’une classe de Std I dans cette école d’une manière continuelle. »
« Comment faire un suivi du travail de l’école à la maison quand il n’y a pas de prof pour couvrir le programme d’études ? Depuis le début de l’année, le problème est resté entier. Je suis écoeuré », lâche sur un ton amer Stéphanie Deize. Une des conséquences de ce problème est le transfert de plusieurs enfants de Std I vers d’autres écoles de la région. Ce matin, il n’y avait que 17 enfants dans la  classe de Std I à la Morne Government School. Une lettre a été rédigée et sera adressée au ministre des droits des Enfants, Aurore Perraud.