Aujourd’hui, a observé le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, « les préjugés s’estompent » et tout le monde est considéré comme Mauricien, d’ailleurs pour lui, « li responsabilite tou sitwayin konstrir enn pei prosper kot pena rasis ». C’était hier, lors de la cérémonie officielle marquant la commémoration du 181e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, au pied de la montagne du Morne Brabant, site mauricien classé patrimoine mondial de l’Unesco. À cette occasion, M. Duval a annoncé que l’hôpital militaire abritera le Musée de l’esclavage, alors que le ministre des Arts et de la Culture, Santaram Baboo, a annoncé l’ouverture d’un musée du marronnage et d’un ségatorium, au Morne.
Xavier-Luc Duval a exprimé son plaisir de faire partie d’un gouvernement qui « n’est pas prisonnier de lobbies, et où les membres du gouvernement ne prennent plus la parole lors des cérémonies religieuses ». « Cela a permis d’assainir grandement la société mauricienne », a-t-il dit, en observant que « les préjugés s’estompent ». « Tout le monde est considéré comme Mauricien. » Il constate que la communauté créole a fait « énormément d’efforts dans ce pays pour sortir de la pauvreté et pour la prospérité des familles pour envoyer les enfants à l’école et pour les encourager à poursuivre leurs études et à devenir des professionnels ». « En 1835, 65 000 esclaves ont été libérés et ils auraient eu un regard heureux sur le chemin parcouru par les leurs », souligne Xavier-Luc Duval, qui encourage tout un chacun « à se respecter, à avoir confiance en soi et à être fier de ce qu’il est », car, dit-il, « personne d’autre ne le sera à sa place ».
« Nou bizin pa esklav du pase. Lavenir dan nou lame, ek li à prendre entre les deux mains. Nou sezi loportinite ki Moris pe ofer ek nou regar sir nou bizin konstaman pozitif », a affirmé le Premier ministre adjoint. Il s’est réjoui du Festival international créole, qui, depuis 10 ans, apporte un éclairage et un regard différent sur la langue, la musique et la culture créoles issues de l’esclavage. Il a aussi dit la fierté que la célébration de la liberté retrouvée des esclaves se fasse au Morne et que le sega tipik soit désormais patrimoine intangible de l’humanité.
Xavier-Luc Duval souligne que le gouvernement présentera prochainement un Plan Marshall et lance un appel aux bénéficiaires de faire un effort pour « relev latet ek sak fami ». Il se dit aussi satisfait de l’introduction prochaine du salaire minimum. Quant à la ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Aurore Perraud, elle travaille sur les foster homes qui remplaceront les abris pour enfant.
Le Premier ministre adjoint a affirmé que « nou pe al de lavan avek enn mize lesklavaz a Port-Louis, dan lopital militer. Li pou diferan de mize maronaz ». De plus, il a tenu à rendre hommage à William Willberforce, un Britannique qui a dédié sa vie à la liberté des esclaves. C’est suite à ses efforts que les 65 000 esclaves mauriciens ont été libérés en 1835. « Après 181 ans, beaucoup a été fait et il reste beaucoup à faire », a souligné Xavier-Luc Duval, qui a énuméré un certain nombre de réalisations gouvernementales : l’éducation, la formation, la création d’emploi, des facilités pour se lancer dans l’entrepreneuriat, la protection sociale, les soins médicaux, la pension de vieillesse, des veuves et des handicapés, l’eau, les services de waste water, la redevance de télévision et l’internet gratuit pour certaines catégories de personnes, sans oublier les subventions pour le riz, la farine et le gaz ménager, et la politique de logement du ministère des Terres et du Logement, entre autres.
XLD estime qu’il est de la « responsabilite tou sitwayin konstrir enn pei prosper kot pena rasis et celle, du gouvernement de construire un pays sans discrimination, ni racisme et préjugés ».