Les actions du PMSD agaceraient-elles le MP ? La récente déclaration du leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, contre le PMSD indique son indignation sur les agissements de ce parti. Toutefois, il n’égratigne pas pour autant les membres du MSM.
« Ena enn parti politik ki servi sa pour bann fin politik », a soutenu Alan Ganoo lors d’une conférence de presse du MP tenue hier après-midi à Quatre-Bornes visant directement le PMSD suite à l’ouverture de l’accès à la montagne du Morne il y a trois semaines. Le fait de n’avoir pas été invité, étant lui-même élu de la circonscription N°14, région où se situe le site, n’est pas bien digéré par le leader du MP.
« Je suis au courant que certains ministres du gouvernement ne sont pas d’accord avec la décision de ne pas nous inviter », dit-il. Si sa demande à ne pas politiser ce patrimoine inscrit à l’Unesco n’a pas été respectée, Alan Ganoo regrette qu’aucun membre élu de cette circonscription n’a eu d’invitation pour l’ouverture de l’accès à la montagne. Pour contrer l’organisation d’autres événements prévus sur le site, il fait un appel au Premier ministre, affirmant que le site du Morne mérite le respect.
Dans un autre ordre d’idées, si les discussions ont permis de dissiper le flou autour du budget 2016-17, Alan Ganoo fait ressortir le manque de réformes structurelles. « Nous ne cons-tatons aucune stratégie pour ranimer l’économie. Ce budget ne lutte pas contre les faiblesses structurelles de notre fondement économique », dit-il. Selon lui, ce budget ne contient aucune targeted approach et il estime qu’il sera difficile pour le gouvernement de mettre en place les mesures annoncées. Sceptique sur le taux de croissance de 4,1% comme annoncé par le gouvernement, Alan Ganoo soutient toutefois que ce taux pourra être atteint avec le gel du projet Heritage City.
Alan Ganoo regrette que le feel good factor du budget s’est vite érodé avec l’éclaboussement de récents scandales. Parlant de la nomination de Gayle Yerriah au sein de l’Equal Opportunities Commission, le leader du MP cherche à connaître le responsable derrière la nomination de cette avocate. Toutefois, il épargne le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, sur cette nomination. « Une erreur s’est produite quelque part compte tenu de la charge du Premier ministre », devait-il ajouter. Pour Alan Ganoo, plusieurs nominations ont été faites sans respecter les procédures.
 Au sujet de la pauvreté, il exprime sa satisfaction que le fonds du CSR (Corporate Social Responsibility) est désormais sous la tutelle du ministère de l’Intégration sociale. Toutefois, il demande au ministre concerné de rendre public le Plan Marshall contre la pauvreté.
La construction de 8 000 low cost houses destinées aux familles démunies n’est pas réalisable d’ici à trois ans, estime par ailleurs le leader du MP. Selon lui, 26 000 familles ont moins de Rs 15 000 mensuellement, ajoutant que la situation est grave dans le pays.
 Le député Raffick Soorefan, qui a également pris la parole, a critiqué la manière dont l’épidémie de fièvre aphteuse a été gérée. Selon lui, si cette maladie touche les cerfs, la situation deviendra alors catastrophique dans le pays. Il déplore le manque d’informations aux éleveurs rodriguais qui, selon lui, tuent leurs animaux sans respecter les normes internationales. Raffick Soorefan avance ne pas comprendre l’origine de cette maladie à Rodrigues et demande au gouvernement de contrôler les catamarans sur l’île.