Le Morne Heritage Trust Fund (MHTF) prévoit l’organisation d’une compétition de kitesurfing d’ici à la fin du mois d’octobre, a annoncé au Mauricien le président de cette institution, Edley Chimon, hier. Par ailleurs, le professeur François Odendaal, consultant de l’UNESCO qui encadre le gouvernement mauricien dans le sillage de l’élaboration du deuxième plan de gestion du site, est de nouveau au pays depuis la fin de la semaine dernière.
L’objectif de la compétition, dit Edley Chimon, est de trouver une « win-win situation » pour les kitesurfers et les pêcheurs. Le kitesurfing dans le lagon du Morne est une question majeure qui devrait être prise dans le cadre de l’élaboration du deuxième plan de gestion du site. Le lagon fait partie de la zone tampon et est inextricablement lié au paysage culturel du Morne. Il est utilisé par un grand nombre d’acteurs locaux, qu’ils soient pêcheurs, surfers, hôteliers, skieurs bateliers ou baigneurs. Dans une interview accordée au Mauricien lors de son précédent passage à Maurice en juillet dernier et au cours duquel il a travaillé sur le Lagoon management plan (LMP), le professeur Odendaal devait préciser que nul ne souhaite détruire cet espace de valeur partagée mais que tous veulent en profiter au maximum. Dans ce sillage, estimait-il, les nombreux utilisateurs devraient pouvoir se concerter et voir comment le gérer. Depuis son retour au pays, à la fin de la semaine dernière, le professeur Odendaal a eu une série de rencontres avec des acteurs dont des habitants de la région. D’autres sont à prévoir ces jours-ci, y compris une réunion consultative.
Au Mauricien, Edley Chimon indique qu’il y a eu une présentation de l’ébauche du deuxième plan de gestion, dimanche dernier. « Chacun est appelé à apporter sa contribution au plan de gestion », fait-il ressortir. « Nous organisons une compétition de kitesurfing avec la collaboration de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA). Nous allons élaborer une formule pour dédommager les pêcheurs pour les jours où ils ne travailleront pas. C’est dans un esprit de win/win que nous organisons cela ».
Le lagon du Morne représente à la fois un patrimoine matériel et immatériel qui ne peut être dissocié de la core zone, qui se trouve uniquement à l’intérieur des terres. Cette dimension intangible est caractérisée par l’activité de pêche qui se fait, encore aujourd’hui, de manière traditionnelle, les pêcheurs déposent des casiers fabriqués à partir de la végétation locale au fond de l’eau comme cela a toujours été le cas. Une activité à être préservée au même titre que le séga traditionnel, les plantes médicinales ou l’ensemble de système de croyances qu’on ne voit pas mais qui demeure.