Depuis une semaine, une jeune mère pleure la disparition de sa fille de 6 ans. Il s’agit d’Anncy Lerace, une Rodriguaise de 25 ans vivant à Maurice avec son époux Kursley, 28 ans, et leurs deux autres enfants de 3 et 4 ans. Anaëlle, leur fille aînée, est décédée samedi dernier, à la veille de la Fête des Mères, aux soins intensifs de l’hôpital Jeetoo, à Port-Louis. Sa pathologie cardiaque a-t-elle eu raison d’elle ou a-t-elle été victime de négligence médicale ? Pour sa mère Anncy, trop de questions demeurent sans réponse.
Bien qu’elle souffrait d’une pathologie cardiaque depuis sa naissance, Anaëlle n’était pas, selon sa mère, une enfant maladive. Elle était suivie depuis sa naissance par un spécialiste en cardiologie pédiatrique à l’hôpital du Nord et a été opérée à l’âge de 4 ans. « Anaëlle ti enn zenfan normal depui. Li ti zoue, galoupé partou», raconte-t-elle.
Tout a commencé vendredi de la semaine dernière. Anaëlle a commencé à avoir des accès de toux, puis elle s’est mise à vomir. Anncy l’a emmenée au dispensaire de Bambous. Le médecin de service lui a diagnostiqué une inflammation à la gorge, bénigne selon lui. Anncy n’était pas de cet avis et a dit au médecin que sa fillette était suivie par un spécialiste de pathologie cardiaque et qu’elle trouvait, elle, que la respiration d’Anaëlle était irrégulière. Son mari Kursley et elle ont emmené d’urgence Anaëlle à l’hôpital Jeetoo. Pour cela, ils ont fait appel à Keshav Parmessur, un ami de la famille, qui possède une voiture. Il était environ 19 h.
Ce dernier voyant qu’Anaëlle semblait vraiment au plus mal, informa d’abord la control room de la police pour leur faire part qu’il ferait des excès de vitesse car il transportait une fillette cardiaque. Keshav Parmessur raconte qu’il a ensuite appelé le centre de contrôle du Service d’Aide Médicale Urgente (SAMU) pour leur expliquer la situation et en même temps leur demander une aide médicale. «Anaëlle ti abat. Li ti pe respire de plus en plus fort, monn deman SAMU vinn zoine mwa lor autoroute ou kot casernes pou fer so transfer ver le nord. Monn deman pou coze ek dokter ki de garde sa lerla ek linn dir mwa dirige mwa ver lopital pli pre, à savoir Jeetoo kot zot p inform staff de nou arrivé », relate-t-il. Arrivé sur place vers les 20 h, Keshav tombe des nues car personne ne l’attendait. « J’ai dû me démener comme un beau diable pour trouver de l’aide. Personne n’était visible aux abords de Jeetoo. Se mwa ki ale rode trolley pendant ki Anncy pe tir carte », poursuit-il.
Anaëlle a été immédiatement canalisée vers les soins intensifs. « Zot inn donn li enn aide respiratoire ek inn met serum. Mo pann arret dir bann dokters la ki li deja opérer pou enn problem leker. Monn dir zot transfer li le nord acoz tou so dossie la bas. Mai zot pann ekut mwa. Zot inn focalise zot lor so tousser ek so vomi ek zot ti pe pose mwa mem kestion sak foi », dit Anncy. Et de rajouter, furieuse: «Monn assister impuissant à bann discusion entre dokters. Specialiste leker pe deman pediatre ki li pense, pediatre pe deman cardiologue. Ler zot inn compran ki mo pe compran anglais, zot inn met moi dehor. »
Ce n’est, disent Anncy et Keshav, qu’au bout de trois heures, que le personnel de Jeetoo leur a demandé le numéro de référence du dossier de la fillette. Entre-temps, les médecins avaient déclaré Anncy que l’état de sa fille s’était stabilisé et qu’elle ne pourrait pas passer la nuit à l’hôpital. Ils ont donc regagné leur domicile.
« Samem dernier bisou monn fer mo zenfan»
« Mo tifi ti dan souffrans. Mo ti trouve so larme pe couler et tane li plorer. Monn demane nurse si mo kapav ale embrasse li ek li dir moi oui. Samem dernier bisou monn fer mo zenfan. Mo dir li mama la mem la. Anaëlle inn lans mwa enn dernier regar. Monn laiss li pensan ki linn stabilisé. Dan mo meme mo dir, kuma gramatin fer, mo pou galoupe lopital », dit Anncy les yeux embués de larmes.  
Pendant la nuit, la petite semble inconsciente. Anncy se rue à l’hopital accompagnée de son frère. Sur place, un médecin l’informe qu’Anaëlle a fait deux attaques aux petites heures du matin et que la deuxième lui a été fatale. « Monn senti mwa feb. Pann atan du tou. La veille mo kit li, zot dir linn stable, le lendemain mo zenfan inn mort», pleure-t-elle.
Dans sa détresse, elle cherche des réponses. C’est son époux qui prendra le relais et se chargera de tout. « Dokters dir mwa ki so couler pas ti normal, ki enn kote leker ti plu gros ek ki so leker ti feb. Enn bann raisons ki dokter le Nord pann donner zame. Pou li tou ti korek. Mo pas compran. Mo le bann réponses! ( ) Anaëlle ti enn zenfan gaillard ki ti kapav fer tout kuma enn zenfan normal. Monn touzour ale so bann rendez-vous. Dayer, avril li ti fer suivi, tou ti korek. Zame mo pann rate enn rendez-vous. Mo pas ti enn mama irresponsab. Mo pas compran. Mo le gagne bann reponses », s’insurge-t-elle.
Dans sa quête de justice et ayant répercuté son histoire dans la presse, une enquête a été selon nos sources, diligentée par le ministère de la Santé. Selon des informations qui nous sont parvenues, après 16 h les samedis, il n’y a qu’une ambulance de disponible. Et selon les registres de ce jour-là, Keshav a appelé vers 21 h mais 15 minutes plus tôt, le véhicule s’était déplacé à Bambous pour un accouchement. C’est uniquement à cause de cela qu’Anaëlle n’a pas pu être prise en charge par le SAMU. Et toujours selon nos informations, elle ne pouvait être transférée car son état était critique. Ils ont préféré lui donner des soins sur place.
Or, pour celle qui se souvient de sa fille aînée comme une enfant débrouillarde, serviable et très attachée à son père, elle est animée par une colère sourde et est révoltée au plus profond d’elle-même. « Mo anvi criyé, mo santi enn douler atros. Li bien bien dir pou mwa. Mo souhaiter ki la zistis fer. Ki bann seki inn fauté rekonet zot tort pou bann zenfan ki p vini apre. Mo pa le ki enn lot mama viv seki mo p viv la », martèle Anncy.