L’exercice d’identification devant permettre au Star Witness, le vigile ayant déclaré lors d’un affidavit avoir été témoin des brutalités policières infligées au défunt Iqbal Toofany, n’a pu avoir lieu hier après-midi aux Casernes centrales. Et pour cause : les avocats du sergent Persand et des constables Laboudeuse, Gaiqui, Nouma et Ragoo se sont opposés à ce que le témoin clé procède à l’identification à travers une vitre. C’est ce qu’a déclaré l’homme de loi du témoin, Me Assad Peeroo, à sa sortie des Casernes. Me Neelkant Dulloo, avocat du constable Gaiqui, soutient quant à lui qu’une confrontation relève de la prérogative des accusés. « Soit faire enn parade identificasyon, soit fer enn confrontasyon direk. Bann accuse inn soisir confrontasyon me Star Witness dir ki li pas le ki banla trouv so figir. Li dir ki li per ki li gagne bate. Linn prefer ale ek nou, nou enkor pe atan ki la polis repran kontact ek nou. »
Selon l’homme de loi, l’accusé a le droit de répondre au témoin ou de ne rien dire pendant la parade d’identification sans pour autant être coupable. Il affirme de plus ne pas comprendre pourquoi le Star Witness affirme craindre pour sa sécurité alors que ses clients sont en détention sans recours de conditionnelle. « La parade d’identification à travers une vitre est applicable, dit-il, lorsqu’il y a eu viol ou lorsqu’il s’agit d’un enfant. » Les cinq policiers accusés de “Murder” ont été reconduits en cellule.