Rakesh Reedoo, qui a été trouvé coupable d’agression mortelle sur la personne de l’ancien constable Antoine Darga et qui a été condamné à purger une peine de cinq ans de prison, a logé son appel du jugement. Il a fait déposer une motion de remise en liberté sous caution. Celle-ci a été appelée hier en Cour criminelle intermédiaire. Cette juridiction est contestée par le SLO.
La motion a été appelée à la mi-journée hier devant le magistrat Pentiah. Pour le SLO, du fait que la procédure d’appel a été enclenchée, une telle motion devrait être débattue devant la Cour suprême, soit l’instance qui entendra l’appel. Me Rama Valayden, qui plaidera l’appel de Rakesh Reedoo, donnera la réplique au SLO lors des débats sur la prise de position de celui-ci. Le magistrat a fixé ces débats au jeudi 30 août.
Le constable Gabriel Antoine Darga, affecté à la CID du Sud, avait été mortellement agressé le 22 mai 2001 dans l’exercice de ses fonctions à Goodlands par un groupe d’individus. Le policier, communément appelé Pat, avait succombé à ses blessures le même jour. Le médecin légiste, le Dr Abdool Khalick Mohungroo, a attribué le décès à une « penetrating wound of skull and brain ». Rakesh Reedoo, dit Sergent, était poursuivi pour coups et blessures ayant causé la mort sans intention de tuer. Lors du procès, cinq autres accusés ont été acquittés faute de preuves établissant leur culpabilité.
L’incident avait eu lieu au bar Manoranjan. Alors que cet établissement était censé être fermé à 19 h, à 19 h 40, il était encore ouvert. Quatre policiers en civil y ont débarqué et ont verbalisé le propriétaire du débit de boissons pour non-respect des heures d’ouverture.
Et c’est lorsque les policiers ont voulu prendre en contravention les clients présents que les choses ont pris une autre tournure. Les représentants des forces de l’ordre ont été pris à partie et frappés. Le malheureux Pat Darga a succombé aux coups qui lui ont été infligés.