Les syndicats affi rment que la structure métallique qui a tué l’ouvrier chinois n’était pas solidement attachée à la grue

Le chantier de construction du complexe sportif à Côte d’or a fait une deuxième victime en un an à peine. Dans une lettre adressée au ministre du Travail, Soodesh Callichurn, la Construction, Metal, Wooden and Related Industries Employees Union dénonce les conditions dans lesquelles travaillent ces travailleurs étrangers, livrés à eux-mêmes. Le corps syndical demande également que des amendements soient faits dans le cadre de la rédaction d’un nouveau Workers’ Right Bill afin qu’il puisse avoir accès à tous les sites de travail pour veiller à ce que les droits des travailleurs soient respectés.

En effet, «selon des témoins, la structure métallique n’était pas solidement attachée à la grue qui est ensuite tombée sur l’employé qui se tenait en-dessous», dit le corps syndical affi lié à la Confédération des Travailleurs des Secteurs Public et Privé (CTSP). Et d’ajouter que plusieurs requêtes ont été faites pour délimiter les zones dangereuses où il y a justement des grues. Le corps syndical demande aussi que les employés étrangers suivent des cours en sécurité sur le chantier dans leur langue d’origine en utilisant des pictogrammes qui soient adaptés et compréhensifs sur les sites de travail.

Par ailleurs, la Construction, Metal, Wooden and Related Industries Employees Union demande une enquête sur ce deuxième accident de travail et un soutien financier à la famille de l’employé décédé.

Pour rappel, Ding Hong Guang, un technicien chinois, a trouvé la mort dans l’après-midi de jeudi dernier après qu’un lot de tubes métalliques utilisés pour la mise sur pied des échafaudages, est tombé sur lui sur un chantier à Côte d’Or, dans le complexe sportif qui accueillera le 10e édition des Jeux des Iles débutant le mois prochain. L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Gungadin dans  la soirée du 13 juin a attribué le décès du Chinois à une fracture du crâne.