L’enquête judiciaire initiée par le directeur des poursuites publiques (DPP) sur la mort d’Anand Kumar Ramdhony en cellule s’est poursuivie hier devant la Senior Magistrate Shefali Ganoo en cour de Mapou. Deux haut gradés de la police ont apporté des précisions aux questions de la Cour. En fin de séance, la présidente de l’enquête judiciaire a fait comprendre qu’elle souhaitait entendre ce que Rita Devi Ramdhony, veuve du détenu, a à dire dans cette affaire.
Rita Devi Ramdhony sera entendue dans l’enquête judiciaire de son défunt mari. C’est ce qu’a décidé hier la Senior Magistrate Shefali Ganoo siégeant à la Cour de district de Rivière-du-Rempart (Mapou). La veuve d’Anand Kumar Ramdhony n’était pas sur la liste des témoins des représentants du bureau du directeur des poursuites publiques (DPP) Mes Abdool Raheem Tajoodeen et Ashwina Joree. Elle sera à la barre des témoins le mercredi 17 octobre.
Le surintendant de police (SP) Kallee du Central Criminal Investigation Department (CCID) a été appelé à la barre pour donner des précisions à la Cour. Répondant aux questions de la Senior Magistrate Ganoo, le policier a expliqué les circonstances de l’arrestation d’Anand Kumar Ramdhony et de Jacques Bigaignon.
Le 17 juillet 2011, Marie-France Bigaignon a rapporté un cas de vol avec effraction à la police. Une montre avait disparu de sa commode. Elle a précisé aux enquêteurs qu’elle soupçonnait son mari avec qui elle est en instance de séparation depuis plus de deux ans. Quelques jours plus tard elle a donné une autre déposition, demandant à la police de retrouver sa montre. Jacques Bigaignon devait alors avouer son méfait aux policiers et qu’il aurait vendu la montre au défunt.
Anand Kumar Ramdhony a été arrêté et une charge provisoire de recel a été logée contre lui devant la cour de Pamplemousses. La police a alors objecté à sa remise en liberté conditionnelle car l’enquête n’était pas terminée. Le SP Kallee a assuré à la Cour que toutes les procédures ont été respectées lors de l’arrestation. Le haut gradé a aussi déclaré que selon les informations de la police, Jacques Bigaignon et Anand Kumar Ramdhony étaient mêlés dans d’autres affaires de larcins dans la localité.
Me Viren Ramchurn, avocat de la famille Ramdhony, a voulu poser des questions sur les « discrepancies » dans l’information logée à Pamplemousses en relation avec la déposition de Mme Bigaignon. La Senior Magistrate Shefali Ganoo a toutefois déclaré qu’elle n’autorisait pas cette question parce qu’elle est pleinement satisfaite des réponses du SP Kallee. La Cour a soutenu qu’elle n’avait pas à se justifier sur sa décision. Le document n’a pu être produit.
Le SP Padaruth, maintenant à la retraite, a également été appelé à témoigner. Il a confirmé qu’il était présent ce jour-là après la découverte du corps. Il était alors le « second in command » et a affirmé qu’il est arrivé au poste de Rivière-du-Rempart à 7 h 30 du matin suite à un appel téléphonique. Le SP Parema et le Deputy Commissioner of Police (DCP) Seerungun sont arrivés une dizaine de minutes plus tard.
L’ancien haut gradé a appelé plusieurs unités de la police dont le Scene of Crime Office (SOCO), le Police Medical Office (PMO), les éléments de la Criminal Investigation Division (CID) et la Human Rights Commission. « Je suis allé vers la cellule N°2 et j’ai vérifié qu’elle était sécurisée… Il y avait un cordon jaune et le corps de Ramdhony était toujours à l’intérieur », a expliqué le policier à la retraite. Il a fait comprendre qu’il n’a pas participé à l’enquête qui a suivi.
Rappelons qu’Anand Kumar Ramdhony a été trouvé mort dans sa cellule alors qu’il était en détention préventive au poste de police de Rivière-du-Rempart dans les petites heures du matin du 30 juillet 2010. Il se serait pendu dans sa cellule avec un morceau de tissu. Le Dr Sudesh Kumar Gungadin et un membre du Forensic Science Laboratory seront entendus le mercredi 12 septembre.