Perçu comme une opposition au sein des instances dirigeantes du MMM, Steven Obeegadoo a été blâmé hier par ses pairs, qui déplorent le « contenu et le timing » d’une interview qu’il a accordée à Week-End dimanche. À l’issue d’une réunion particulièrement animée, une motion de blâme présentée par le leader du parti, Paul Bérenger, a été adoptée par 21 voix contre cinq, et deux abstentions.

Selon une source autorisée au sein du MMM, cette motion constitue un « carton jaune » contre Steven Obeegadoo. « Ce qu’a fait Steven ne rend pas service au MMM, d’autant que tout le monde a la possibilité de s’exprimer dans les instances du parti », fait-on ressortir. La question pourrait être évoquée à nouveau à la réunion du comité central mauve le mois prochain.

En l’absence de Rajesh Bhagwan, excusé pour des raisons de santé, la réunion d’hier était présidée par Reza Uteem, qui a eu fort à faire afin d’empêcher tout dérapage dans le cadre des débats auxquels avaient pris part une dizaine d’intervenants, dont Reza Uteem, lui-même, Ajay Gunnesh, Dev Kissoondoyal, Tony Apollon, Avi Thancanamootoo, Deven Nagalingum, Franco Quirin, Madan Dulloo, Satish Boolell et Steven Obeegadoo.

Ce qui semble avoir le plus exaspéré les membres du bureau politique, c’est que les remarques publiques de Steven Obeegadoo ont été faites une semaine après que le leader du MMM a annoncé l’introduction d’un nouvel item, qui figurera à l’agenda de chaque réunion du bureau politique consacrée aux nouvelles initiatives dans le cadre de la réforme du MMM. Ce qui donne la possibilité aux dirigeants des mauves d’évoquer toutes les questions qu’ils souhaitent concernant la réforme de leur parti.

La remarque de Steven Obeegadoo indique qu’il n’y aurait pas eu de « post-mortem digne de ce nom » après la défaite du MMM à l’élection partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes. On souligne que cet exercice a été « au centre de plusieurs réunions » du bureau politique et du comité central du MMM, et que le discours prononcé par Paul Bérenger lors de la fête de fin d’année en décembre a « reflété le sentiment des dirigeants de ce parti ». Or, il semble que Steven Obeegadoo était « absent de ces réunions » en raison de ses responsabilités professionnelles à l’étranger.

Par ailleurs, on rappelle que c’est Steven Obeegadoo qui avait présidé le “task force” sur la réforme des règlements du MMM et seules quelques-unes des recommandations du “task force” n’ont pas été reconnues par le comité central.

Selon des sources proches du MMM, bien que plusieurs intervenants aient critiqué sévèrement le président de la commission éducation du MMM, d’autres ont été plus nuancés. Ainsi, si Pradeep Jeeha a condamné les propos tenus par son collègue dans la presse, il n’était pas en faveur de l’adoption d’une motion de blâme « parce que ce n’était pas dans l’intérêt du MMM ». Satish Boolell est, lui, simplement intervenu pour décrire son « découragement » à la lecture des propos de son ancien colistier dans la circonscription N° 17. Franco Quirin a, pour sa part, demandé à Steven Obeegadoo de présenter ses excuses afin qu’aucun vote ne soit pris. Paul Bérenger ainsi qu’Ananda Rajoo ont, eux, offert une voie de sortie en demandant à Steven Obeegadoo de retirer les propos qu’il a tenus.

Ce dernier, qui a été invité à prendre la parole, a maintenu ses propos. Mise au vote secret, la motion n’a toutefois pas été adoptée à l’unanimité. Cinq membres ont voté contre alors que 21 ont voté en sa faveur. Deux personnes se sont abstenues.