Le coup d’envoi des débats sur la motion visant à approuver les recommandations du rapport du comité parlementaire sur la diffusion en direct des travaux parlementaires a été donné hier après-midi par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Ce dernier a fait part de sa fierté et sa satisfaction de présenter une motion d’une portée historique.
Pour le Premier ministre, la diffusion en direct des travaux parlementaires comme recommandé par le comité parlementaire, présidé par Nando Bodha, s’inscrit dans une logique permettant entre autres de consolider et de moderniser la démocratie parlementaire. La motion présentée devant le parlement est, selon lui, une étape finale et décisive en vue de permettre l’ouverture du parlement et de rendre les débats parlementaires plus accessibles au public.
SAJ a souligné que la consolidation de la démocratie, l’ouverture et la transparence sont les principes de base du gouvernement. Il a rappelé que le projet de diffusion en direct est évoqué depuis longtemps, mais que l’ancien régime n’a « jamais voulu le concrétiser et s’est contenté de promesses vides qui ne se sont jamais matérialisées ». Il a rappelé qu’à la suite de la motion qu’il avait présentée en avril dernier au parlement, un select committee présidé par Nando Bodha a été institué et avait commencé à travailler dès le 7 mai. Le comité a passé en revue la pratique dans les pays du Commonwealth, notamment au niveau du House of Commons en Grande-Bretagne, du Lok Sahba de l’Inde, de Trinité et Tobago, du parlement canadien et de l’Union européenne entre autres. Il a rappelé que le comité a analysé les avantages et les désavantages de la diffusion en direct des travaux parlementaires et est parvenu à la conclusion que les avantages ont le dessus. Il a passé en revue les autres mesures préconisées, dont la création d’un Broadcasting Committee pour superviser la mise en oeuvre des recommandations du rapport. Il a estimé qu’il est temps de « walk the talk » et ne pas se perdre dans des discussions. Quelque 22 parlementaires ont signifié leur intention de participer aux débats.