Le Board of Investment (BoI) de Maurice et le China Africa Developement Fund (CADF) ont, par le truchement d’un protocole de coopération (Memorandum of Understanding) signé mercredi, décidé de mieux coordonner leurs efforts de promotion des investissements directs de la Chine vers Maurice aussi bien que vers le continent africain.
La signature de ce MoU s’est déroulée à la veille de l’ouverture de la conférence de deux jours Private Equity 2014, axée sur les opérations de capital-investissement effectuées en Afrique et le positionnement de la plateforme financière mauricienne pour canaliser ces investissements. L’objectif premier du protocole est de contribuer à la diversification de la base de production et à la croissance économique en Afrique. Le BoI va soutenir les activités promotionnelles du CADF pour encourager les entreprises chinoises à se tourner vers Maurice et le continent africain dans le cadre de leurs opérations transfrontalières.
Le BoI va coordonner avec les autorités et institutions locales concernées pour l’obtention et la transmission au CADF des informations nécessaires en vue de toute décision concernant les opportunités d’investissement tant à Maurice qu’en Afrique. Le CADF soutiendra également les actions du BoI pour faciliter l’investissement dans la région.
Ken Poonoosamy, directeur général du BoI, et Zhengyi Lyu, responsable en chef du bureau de CADF en Afrique du Sud, ont paraphé le protocole. Le CADF, a indiqué Ken Poonoosamy au Mauricien, a déjà structuré des fonds d’investissement à Maurice et ciblant particulièrement le marché africain. Il s’est félicité de la formalisation de la coopération entre son agence et le CADF.
Dev Manraj, secrétaire financier, a déclaré qu’il faut placer la signature du MoU entre le BoI et le CADF dans le cadre de la politique mauricienne de diversification des produits financiers et des marchés. « Il nous faut développer des niches et déployer des efforts pour attirer plus d’entreprises chinoises et leur expliquer les opportunités d’investissement à Maurice et les avantages de structurer leurs investissements régionaux à travers notre plateforme financière », a souligné Dev Manraj.
Des discussions à ce sujet ont été engagées mercredi soir avec la délégation du CADF. « Le message a été bien reçu », a laissé entendre le secrétaire financier. Ce dernier est d’avis que les compagnies de gestion (management companies) du secteur du Global Business jouent leur rôle en se tournant vers les investisseurs étrangers comme ceux de la Chine tout en démontrant que les professionnels locaux ont acquis une expérience de l’Afrique et maîtrisent les opérations d’accompagnement des investisseurs étrangers sur le continent.