La Long Mountain Cooperative Credit Union (LMCCU) est la première société coopérative à se doter de panneaux photovoltaïques en vue de produire de l’électricité. Celle-ci est d’abord pour ses propres besoins avant d’être exportée sur le réseau national du Central Electricity Board (CEB). Le “Green Energy Scheme for Cooperatives”, mis en place au ministère des Coopératives, octroie une allocation de Rs 10 000 par KW à toutes les sociétés coopératives qui sont intéressées.
Une centaine de mètres après le poste de police de Montagne-Longue, et donnant sur la route principale, un bâtiment flambant neuf d’un étage abrite le quartier général de la LMCCU. Créée en juin 1975 pour offrir ses services aux habitants de la localité, cette société coopérative compte actuellement 2 337 membres, contre les 184 à ses débuts il y a 42 ans, et brasse Rs 20 M pour un surplus d’environ Rs 1M annuellement.
« Après avoir offert nos services de dépôts et de prêts pendant toutes ces années, nous nous sommes désormais lancés dans ce projet de production d’électricité à partir de la photovoltaïque. Et ce, grâce au développement dans le secteur des énergies renouvelables. Notre projet sera bénéfique non seulement à la société, mais aussi au pays afin d’augmenter la production de l’électricité à partir de sources renouvelables », déclare Nootun Ragpot, un des directeurs de la LMCCU.
La société dispose de 11 panneaux photovoltaïques d’une capacité de 2.9 KW/h, installés au coût de Rs 210 000. Sa facture mensuelle d’électricité est d’environ Rs 3 000. « Nos panneaux satisfont nos besoins en électricité à 100%. Nous exportons le surplus sur le réseau du CEB », ajoute Nootun Ragpot. La LMCCU obtient dès lors une allocation de Rs 30 000 pour son projet, d’après le “Green Energy Scheme” lancé par le ministère des Coopératives.
Énergie verte
Ce projet cadre avec la démarche du gouvernement visant à produire 35% de la consommation d’énergie du pays à partir de sources renouvelables, d’ici 2030. « Lorsque le projet a été présenté au Conseil des ministres, j’ai sauté sur cette occasion en me disant que les sociétés coopératives peuvent y participer car elles possèdent des bâtiments », relate le ministre des Coopératives, Sunil Bholah. Depuis, chaque société coopérative qui adhère à ce projet recevra une allocation de Rs 10 000 par KW à hauteur de 5 KW par projet. Le ministre indique qu’en l’espace d’une année, 100KW et 25 KW ont été enregistrés respectivement pour Maurice et Rodrigues. « Une société peut faire installer autant de KW qu’elle le souhaite, mais l’allocation sera limitée à 5 KW, soit cinq par Rs 10 000, qui fait Rs 50 000. Le LMCCU est la première société coopérative à s’être lancé dans ce projet ».
Le “Green Energy Scheme for Cooperatives” a été annoncé dans le programme gouvernemental 2015/2019, dans lequel le gouvernement dit reconnaître l’importance du secteur coopératif, et entreprend de le consolider en mettant à sa disposition des facilités pour l’entrée des sociétés coopératives dans les nouveaux secteurs, tels l’énergie verte. Un plan a ainsi été conçu en vue d’obtenir 100 KW d’installations en énergie solaire de la part du secteur coopératif à Maurice et 25 KW d’installations à Rodrigues.
Selon Sunil Bholah, ce plan offre l’opportunité aux sociétés et fédérations coopératives de produire de l’électricité à partir de la technologie photovoltaïque. Le but principal étant que ces sociétés puissent subvenir à leurs propres besoins en électricité, tout en contribuant à la protection de l’environnement. Plusieurs critères sont attachés à ce plan. Par exemple, pour pouvoir bénéficier de l’allocation de Rs 10 000 par KW installé, une société coopérative doit être enregistrée auprès du Registrar des sociétés coopératives. La société doit également être active et être abonnée au CEB.
Jusqu’ici, sept demandes ont été reçues de sociétés opérant à Maurice, et une émane de Rodrigues. Elles sont, outre la LMCCU, la Paradise Integrated Farming Cooperative Society Ltd, la Primary Aided Employees Cooperative Credit Union Ltd, la Vacoas Popular Multi-Purpose Cooperative Society Ltd, la Ministry of Health Cooperative Credit Union Ltd, la Railway Agro-Mechanical Cooperative Society Ltd, l’Al-Barakah Multi-Purpose Cooperative Society Ltd et la United Development Cooperative Credit Union Ltd (Rodrigues). Des “letters of intent” ont déjà été remises à trois de ces sociétés coopératives. Mais à ce jour, seule la LMCCU a complété son projet et produit de l’électricité.
Confiance
Inaugurant le projet de la LMCCU, cette semaine, le ministre Sunil Bholah a rappelé que l’élément de confiance joue un grand rôle dans le succès d’une société coopérative. Une confiance acquise par la LMCCU au fil de quatre décennies de progression que cette société a connues. « Il n’est pas facile de demander aux gens d’investir dans les sociétés coopératives. Le plus important est d’avoir la confiance des gens, car très souvent, par une simple maladresse, cette confiance est ébranlée. C’est ce qui s’est produit dans certaines sociétés coopératives où les membres abusent de la confiance placée en eux. En même temps, d’autres sociétés font extrêmement bien. Celles-là sont en train de prospérer et de rehausser l’esprit des coopératives », a déclaré le ministre. « Pourquoi une personne va-t-elle investir son argent dans une société coopérative plutôt que dans une banque commerciale?? Elle va vers celui qui lui rapportera plus, certes, mais aussi vers ceux qui l’inspirent confiance. La banque, elle, donne de solides garanties. Mais malgré l’absence des garanties, beaucoup de gens viennent encore vers les sociétés coopératives grâce à la confiance qu’ils ont dans le mouvement coopératif », a-t-il ajouté.
Face aux risques que leurs membres ont pris en investissant chez elles, les sociétés coopératives doivent savoir répondre à travers leurs actions. D’où le projet initié par la LMCCU en vue de déboucher vers un lendemain plus vert.