La décision du ministère de l’Éducation d’augmenter le nombre de credits à 5 pour être admis en lower six a été abordée par le président du Mouvement patriotique (MP), Alan Ganoo, lors de sa conférence de presse hebdomadaire samedi après-midi à Quatre-Bornes. « Cette décision du ministère est mal inspirée, et augmentera le nombre de chômeurs dans le pays, alors que Maurice aspire à devenir une High Income Economy », a-t-il déclaré. Tenant en considération les 14 885 élèves qui avaient pris part aux examens du School Certificate en 2016, Alan Ganoo soutient qu’ils sont 10 651 élèves, soit 71,9%, qui ont obtenu trois credits et 4 234 ont malheureusement échoué. « Si l’on applique ce système, ils seront 4 000 autres élèves qui seront éliminés, soit 55%, qui ne seront pas éligibles pour le HSC. Et, par conséquent, ceci augmentera le nombre de chômeurs », prévient-il.
Le président du MP précise que les élèves qui ne peuvent obtenir cinq credits en SC sont souvent issus de familles défavorisées et appliquer une telle mesure leur fera plus de tort. Une telle décision, pour Alan Ganoo, pourra provoquer un autre mai 1975 et, « démontre l’amateurisme de ministère de l’Éducation ». Alan Ganoo déplore que le ministère n’ait rien prévu comme alternative pour ces élèves. Il estime qu’une telle décision nuira aux enseignants et provoquera aussi la fermeture de certains collèges. « Nous demandons au ministre de revoir sa copie », a-t-il dit.
Alan Ganoo est revenu sur la subvention des frais d’examens par le gouvernement aux élèves qui afficheraient un taux de présence de 90% à l’école. Selon lui, aucune condition n’avait été annoncée aux parents à ce sujet. Le fait de refuser de donner le certificat du SC ou du HSC aux élèves qui n’ont pas payé leurs frais d’examens de 2016, selon Alan Ganoo, montre « le chantage odieux de la part du gouvernement. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et ne doit pas associer l’absentéisme à la subvention des frais d’examens », dit-il. Alan Ganoo a également exprimé sa solidarité envers les Holistic Teachers qui ont été recrutés sous le Youth Employment Programme. « Ces enseignants sont dans le flou après avoir suivi une formation au Mauritius Institute of Education. Ils n’ont pas encore obtenu un emploi permanent », fait-il ressortir.
Le déplacement du Premier ministre, Pravind Jugnauth, en Inde a également été passé en revue par le président du MP.  Il espère que le sujet de démonétisation a été abordé par le Premier ministre à son homologue indien, Narendra Modi. Selon Alan Ganoo, la démonétisation                                « est une arme très efficace pour le gouvernement contre la mafia de la drogue ».
Au sujet d’Agaléga, Alan Ganoo demande au gouvernement d’être clair sur les intentions du gouvernement indien. Exprimant sa solidarité avec le peuple d’Agaléga, il dit comprendre la méfiance des habitants suite aux allégations qui ont été faites selon lesquelles l’île sera gérée par l’Inde. Le gouvernement a failli et n’a pas éclairé la population, déclare le président du MP.
Le rapport commandité par le ministère de l’Égalité des Genres sur la violence domestique a aussi attiré l’attention d’Alan Ganoo. Selon lui, ce rapport fait état que la violence domestique est dans la culture mauricienne : « Il faut un changement de mentalité à ce problème national et cela doit être une priorité pour le gouvernement ». Il déplore que la violence domestique soit souvent mise à l’écart alors qu’il faut la combattre, par tous les moyens et d’abord par la loi.
Alan Ganoo a aussi abordé la question de la révision du prix de l’électricité par le Central Electricity Board (CEB) dans certains départements. Rappelant que c’était le MP qui avait proposé cette révision il y a un an, il trouve que la décision du CEB est un pas dans la bonne direction pour les petites et moyennes entreprises.