Alan Ganoo, le président du Mouvement Patriotique (MP), a réclamé hier la démission de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim. « La population attend toujours des explications depuis  que l’affaire Alvaro Sobrinho a éclaté dans la presse », a soutenu Alan Ganoo.
« La présidente n’a pas d’autres choix, elle doit soumettre sa démission ?! » Tel est le constat du MP, qui a tenu hier une conférence de presse à Quatre-Bornes. Le président du parti, Alan Ganoo, a affirmé que la population attend des réponses après que l’affaire Alvaro Sobrinho a éclaté dans la presse. « Rien n’a été fait depuis. Avec les révélations du Premier ministre au parlement la semaine dernière, à l’effet qu’en 31 occasions depuis 2015, dont 21 fois avec des membres de sa famille et ses proches collaborateurs, le confident de la présidente de la République, l’homme d’affaires Sobrinho, a bénéficié de facilités au VIP Lounge à l’aéroport de Plaisance. Des demandes en ce sens avaient été logées par les soins de la présidence de la République », a insisté le président du MP.
Il a alors cité le rapport du Comité Sachs, qui avait  suggéré, selon lui, qu’un président de la République de Maurice ne doive en aucune manière s’ingérer dans l’administration de l’État. « La population a le droit de savoir qu’elle rôle a joué la présidente dans l’affaire Alvaro Sobrinho. »
Par ailleurs, Vijaya Sumputh, ancienne Executive Director du Trust Fund for Specialised Medical Care (Cardiac Centre), en congé politique jusqu’à la conclusion de l’enquête sur ses salaires et les conditions de son contrat de deux ans, a aussi été au centre des débats. Alan Ganoo a demandé au Premier ministre, Pravind Jugnauth, de « pousser l’enquête plus loin » pour « connaître l’identité de celui ou de ceux qui ont fait pression » pour que le board approuve cette augmentation de Rs 100 000. « Le rapport du comité d’enquête doit être rendu public. La population doit connaître toute la vérité », a insisté le président du MP.
Ce dernier n’a en outre pas été tendre envers la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, et le Deputy Speaker, Sanjeev Teeluckdharry. « Nous sommes conscients que le rôle d’un Speaker n’est pas de tout repos. Mais le Deputy Speaker a perdu le contrôle du débat sur la motion de blâme par son inexpérience. La Speaker doit, elle, agir comme bouclier pour protéger les membres du gouvernement. Elle aurait dû faire preuve d’impartialité. »
Revenant sur le « walk-out » de l’opposition du parlement, Alan Ganoo a estimé que « le Deputy Speaker aurait dû donner un avertissement à Paul Bérenger avant de l’expulser », ajoutant que « c’est une décision injustifiée ». Il a lancé un appel aux membres du gouvernement, à ceux de l’opposition et à la Speaker pour que « chacun fasse un effort » en vue de « garder le niveau » du débat parlementaire. « Nous ne pouvons plus continuer à nous discréditer à travers les débats télévisés. Chacun doit assumer sa responsabilité. »
Jean-Claude Barbier, vice-président du MP, a sévèrement critiqué « les personnes qui déchirent les affiches placardées » à travers l’île. Celles-ci invitent la population mauricienne au débat sur le thème “Gandia, eski bizin enn nouvo regar”, qui se tient aujourd’hui à 14h au quartier général du MP, à Saint-Jean. Jean-Claude Barbier s’est dit « fier » que son parti ait « pris l’initiative d’organiser un pareil événement » à Maurice.