Le Mouvement Patriotique (MP) célèbre cette semaine ses trois ans d’existence. Selon le secrétaire général du parti, Atma Bumma, cet anniversaire marque aussi « la grande cassure qu’a connue le MMM il y a trois ans et une autre possible cassure avec Steven Obeegadoo ». Le MP, dit-il, « revendique le militantisme et nos portes sont grandes ouvertes aux militants aujourd’hui dans le désarroi ». Il leur a lancé un appel pour « continuer avec ce flambeau du militantisme ». Le problème de drogue synthétique, la hausse des prix des carburants, le Bagatelle Dam et la commission d’enquête sur l’ex-présidente de la République ont été abordés lors de la conférence de presse d’hier.

Prenant la parole sur le problème de l’eau, Alan Ganoo a dit maintenir que l’eau du Bagatelle Dam n’est pas traitée avant sa distribution. « L’eau qui sort des rivières n’est pas comparable à celle qui vient des “boreholes”. Il est inconcevable qu’un “dam” soit prêt mais pas la “Treatment Plant”, qui ne sera opérationnelle que l’an prochain. La CWA a essayé d’installer un “pressure filter” au Bagatelle Dam mais même ce filtre n’est pas prêt. » Le leader du MP estime « regrettable » que le ministre de tutelle « n’ait pas jugé utile de faire une déclaration, ne serait-ce que par respect pour les consommateurs de Rose-Hill, Beau-Bassin et Coromandel ». La CWA, ajoute-t-il, a confirmé que 6 000 m3 d’eau provenant du Bagatelle Dam sont distribuées sans être traitées. Il a indiqué que mardi prochain, au Parlement, il posera une question sur la La Marie Treatment Plant. « Il s’agit ici d’un laxisme aussi troublant que le Bagatelle Dam : 30 000 m3 d’eau non traitées sortent de Mare-aux-Vacoas pour être mélangées avec de l’eau traitée avant d’être distribuées. »
Alan Ganoo s’est aussi prononcé sur la motion de Ravi Rutnah contre le député Shakeel Mohamed. « D’après le Deputy Speaker, Shakeel Mohamed a possiblement enfreint la loi. Pour moi, qui ai assisté à la séance, cette motion est nulle et non avenue, sans base légale.

D’abord, la motion n’était pas secondée. Ensuite, quand il y a ce genre d’incidents, c’est le Speaker qui doit présider la séance, même s’il est impliqué. Il y a eu vice de procédure. » Pour lui, « s’il est vrai qu’il y a de lois contre les outrages », il faut revoir ces « lois archaïques car le Parlement n’est pas une chambre de répression mais un haut lieu de la démocratie ».

S’agissant de la commission d’enquête sur l’ex présidente de la République, il a dit « regretter » que « le fond du problème soit en réalité la complicité entre un homme d’affaires et des politiciens » à Maurice. Comme la commission siégera en public, il a aussi dit espérer qu’il « n’y aura pas un lynchage public ».
Pour sa part, Jean-Claude Barbier a souligné que « la situation est extrêmement alarmante sur le terrain » concernant la drogue synthétique. « Les gens ont peur de dénoncer car les dealers s’en prennent aux travailleurs sociaux, qui les dénoncent. La police n’ose plus agir. Il y a même des trafiquants qui ont fermé une rue. » Il a confié avoir personnellement approché l’ADSU mais que l’unité antidrogue « est passée à côté du problème ». La drogue synthétique, dit-il, « est à la portée de tous les enfants », précisant que « trois personnes peuvent fumer pour Rs 100 ! ». Le MP a aussi dit regretter le scepticisme du gouvernement concernant l’aspect thérapeutique du cannabis. Il a de fait recommandé un comité professionnel pour se pencher sur la question.

De son côté, Tania Diolle a condamné le mécanisme « totalement injuste » instauré pour le calcul des prix des carburants. Elle dénonce le fait que la TVA « n’est pas exercée comme il se doit sur les prix CIF mais sur les prix après la taxe », ce qui explique, selon elle, qu’on a connu cette hausse de 10%.