La coalition Mouvement Patriotique-Plateforme militante (MP-PM), lors d’un point de presse hier en fin de matinée, a déploré que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, « persiste et signe quant à la tenue d’une élection partielle » dans la circonscription No 7 (Piton/Rivière-du-Rempart). Le porte-parole, le député du No 14, Alan Ganoo, a laissé entendre qu’il « doutait encore de la véracité des propos » du Premier ministre. « Noun ariv an avril. Dan 8 mwa disolution Parlman.

La meyer choz se redonn drwa vot a popilasyon », a-t-il laissé entendre. Pour lui, « na pena lieu pou ena eleksyon partiel » car cela entraînera des dépenses additionnelles, et ce « alors que le pays est en fin de règne ». Selon lui, il serait « prématuré de prévoir de participer à cette partielle », estimant qu’il faut attendre que le Premier ministre précise ses intentions politiques.

Alan Ganoo a affirmé n’avoir aucun problème quant au calendrier du Premier ministre avec la présentation du budget ou encore la venue du pape François à Maurice, mais qu’il faut « à tout prix éviter un gaspillage des fonds publics ». Il a avancé que « le pays n’a pas besoin d’un député pour quelques mois » en tant que remplaçant de Vishnu Lutchmeenaraidoo. « Demision Lutchmeenaraidoo pa enn eveneman mazer. Pou rann zistis popilasyon bizin eleksyon zeneral », a-t-il déclaré. Pour l’heure, selon lui, « il est prématuré d’annoncer la stratégie politique de la coalition ».

Par ailleurs, Alan Ganoo a également commenté la situation quant à la fourniture d’eau, ayant provoqué la colère des habitants de Curepipe. « Ala fin sa manda-la, an 4 an e demi, komien dimounn pe ankor pass mizer problem dilo ? » a-t-il laissé. « Promess lor promess finn fer par sa gouvernma-la. Depi 2015 a zordi, le soz finn vinn pli difisil. Reabilitasion de bann treatment plants pa finn fer. Mont Blanc pena treatment plant. Rivier du Poste parey », a-t-il déclaré.

Commentant le rapport du bureau du directeur de l’Audit, qui a circulé en cours de semaine, il affirme que « zame enn rapor finn osi akablan ». Quant à Pradeep Jeeha, de la Plateforme Militante, il a déploré que « l’ICAC n’ait pas initié d’enquête à ce stade sur les dénonciations faites sur le projet de moto-école » du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha.