Le Mouvement Patriotique a, par le biais, de son président et de son vice-président, Alan Ganoo et Jean Claude Barbier, condamné la décision des municipalités d’imposer un fees de Rs 1 000 pour chaque bannière annonçant le meeting du 1er mai prochain.
« Cette manière de faire du gouvernement est rétrograde car elle viole la liberté d’expression », a affirmé Jean Claude Barbier lors d’une conférence de presse donnée par le MP samedi. Il a estimé que toutes les organisations politiques et sociales ont le droit d’organiser des manifestations à l’occasion de la Fête du Travail et qu’il est dommage qu’une taxe susceptible d’entraver la possibilité de la célébrer dignement soit imposée.
Alan Ganoo est revenu, pour sa part, sur l’interpellation parlementaire concernant l’introduction de la langue créole au Parlement. La question n’a pu être évoquée au parlement mardi dernier et devrait, par conséquent, faire l’objet d’une réponse écrite. Il a observé que le kreol dispose désormais d’un lexique formel permettant d’identifier les termes qui sont “parliamentary” et ceux qui ne le sont pas. Par conséquent, dit-il, les préjugés contre l’utilisation de cette langue sont désormais caducs. Dans l’éventualité où le Premier ministre donne une réponse, Alan Ganoo a fait part de l’intention du MP de présenter une Private member motion réclamant l’amendement de la Constitution pour permettre l’utilisation du kreol au parlement. La possibilité de faire circuler une pétition à l’intention des parlementaires du gouvernement et de l’opposition est également envisagée.
Alan Ganoo a d’autre part regretté l’absence de consensus au sein de conseil institué pour se pencher sur le salaire minimum. Plusieurs membres, dont les syndicats, ont exprimé leur désaccord avec la manière de faire du président du conseil M. Appanah. Il a insisté sur l’importance du consensus et du dialogue social de manière à ce que les travaux du conseil donnent « des résultats honnêtes ».
Commentant les salaires des « super-conseillers » du gouvernement, dont ceux de Vijaya Sumputh et de Gérard Sanspeur, Alan Ganoo a observé que les salaires des autres CEO des compagnies gouvernementales sont du même ordre. Il a observé que le Civil Service Act visant à réglementer le rôle des fonctionnaires, des ministres et des conseillers ministériels attend d’être présenté. « Nous pensons que le gouvernement devrait présenter au plus vite ce texte de loi afin de régler le problème des super-conseillers », dit-il. « Un conseiller a-t-il le droit de représenter le ministre au sein d’un conseil d’administration ou d’un comité ? Il n’a aucun statut légal car c’est un contractuel. Par contre les responsabilités des secrétaires permanents sont prévues dans la Constitution. C’est vrai que leurs salaires sont déterminés par le PRB mais dans le cas de M. Sanspeur, il siège dans au moins sept conseils d’administration avec des allocations tournant autour de Rs 70 000. Dans le souci de la transparence, il faut définir le rôle des super-conseillers et limiter le nombre de boards dans lesquels ils peuvent siéger ».
Alan Ganoo est également revenu sur sa motion d’annulation concernant les prix du carburant et a insisté sur la nécessité que la TVA ne soit pas imposée après la série de prélèvements sur le prix du carburant.