Le président du Mouvement patriotique (MP), Alan Ganoo, a estimé samedi que l’affaire Sumputh « embarrasse non seulement le Muvman Liberater, mais éclabousse aussi le gouvernement dans son ensemble ». Il considère que cette affaire a créé « une brèche au niveau de l’alliance gouvernementale ainsi qu’une instabilité au niveau du gouvernement ».
Alan Ganoo a salué le ministre Anwar Husnoo, qui a, selon lui, « osé lever le voile sur tous les éléments outrageux » qui ont entouré le recrutement de Vijaya Sumputh à la suite d’une interpellation de Rajesh Bhagwan. Il a observé que ce recrutement « a défrayé la chronique » depuis longtemps et a probablement « coûté à Brian Glover son poste » de président de l’Equal Opportunities Commission. Il a ensuite fait part de son appréciation devant la révocation du board de la Cardiac Unit. Il rappelle que ce conseil d’administration était également composé d’un représentant du bureau du Premier ministre et d’un autre du ministre des Finances. « Je suis surpris de la déclaration du Premier ministre selon laquelle il est choqué de l’augmentation des salaires de la principale concernée », dit-il. Et d’observer que tous les protagonistes de cette affaire sont membres du ML avant de préciser qu’il souhaiterait que l’enquête soit effectuée « en toute transparence, afin de savoir qui a dévié des directives du Premier ministre ».
Alan Ganoo a également constaté qu’en plus des représentants des ministères, l’Executive Director est également membre du conseil d’administration et s’est par conséquent demandé si Vijaya Sumputh était présente à la réunion durant laquelle la décision la concernant avait été prise. Par ailleurs, Alan Ganoo a observé qu’il s’avère « vrai que si le ministre Gayan  donne des directives sur la façon de répondre à la question de Rajesh Bhagwan, cela serait contraire à l’éthique républicaine ». Et d’insister sur le fait que le gouvernement, dans son ensemble, « a été décrédibilisé par ce problème ». Le président du MP a aussi constaté que seulement 25 000 salariés touchent plus de Rs 50 000 et que les trois-quarts des salariés touchent autour de Rs 15 000. En réponse à une question de la presse, il a reconnu que si le leader du ML et Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, n’aient pas été informé par le Premier ministre de la ligne que devait adopter le ministre de la Santé dans sa réponse parlementaire, cela représenterait « une humiliation » pour lui. Alan Ganoo a aussi observé que Vijaya Sumputh siégeait sur le board de la MauBank mais a déjà soumis sa démission depuis longtemps.
Le président du MP a également passé en revue le rapport de l’audit et a souhaité que des mesures soient prises « pour donner plus de pouvoirs » au Public Account Committee (PAC) afin que cette instance ne soit plus un « bouledogue sans dents ». Il a observé que, dans certains pays, le PAC, dans lequel siègent des parlementaires, a la possibilité de convoquer des ministres et de tenir des auditions publiques auxquelles la presse et les forces vives peuvent assister.
La diffusion en direct des travaux parlementaires a aussi été présentée comme « une avancée de la démocratie parlementaire ». En réponse à des questions de la presse, Alan Ganoo a indiqué que sa motion d’annulation contre la hausse des prix des carburants a été déposée officiellement mardi dernier. Il a observé que Reza Uteem n’a pas déposé sa motion. Par conséquent, « tous les partis de l’opposition soutiendront ma motion ». Il a aussi annoncé que le député Jean-Claude Barbier et lui devraient intervenir sur la motion contre la Speaker demain. Il rappelle qu’il « existe une tradition qui veut que la motion soit retirée par son auteur après les débats ». Par ailleurs, le MP organisera, le 1er mai, son premier meeting sur la place Taxi, à La Louise.