Intervenant jeudi lors d’une rencontre avec la presse dans la salle du conseil, la maire de Quatre-Bornes, Rooma Meetoo, s’est alarmée des coupures drastiques du budget de la municipalité, allant jusqu’à 60 % dans certains cas. Elle a néanmoins promis que priorité sera donnée aux services de base, au ramassage d’ordures et à l’éclairage notamment.
« Nous nous trouvons dans l’obligation de communiquer au public certaines vérités afin d’informer les habitants de Quatre-Bornes à propos de la situation budgétaire difficile et des problèmes de la municipalité et des projets », a d’emblée déclaré la maire, Rooma Meetoo. Elle était entourée de l’adjoint au maire, Danen Beemadoo, des conseillers Shyam Khemloliva, Sarita Ramkalawon, et Marie Claire Vianney Finniss.
Parlant du budget de la municipalité de Quatre-Bornes (MQB) pour 2013, Rooma Meetoo s’est alarmée des coupures drastiques de 40 % dans certains secteurs, allant même jusqu’à 60 % par rapport au budget des années précédentes. D’autre part, le grant du gouvernement avait été réduit de 33 %, a-t-elle fait observer. « Tout cela ne peut qu’avoir une incidence sur le service habituel de la voirie, de l’éclairage des rues et sur la construction des drains à travers la ville », a-t-elle expliqué. De même, a-t-elle poursuivi, sur le montant des allocations aux organisations enregistrées avec la mairie et la réalisation des projets, entre autres.
Le Budget 2013 pour la MQB avait été voté par l’ancien conseil peu avant les élections municipales de décembre dernier. « Et là, il faudra savoir “which is which ?”: soit le pays est résilient comme le dit le ministre des Finances et député de Belle-Rose/Quatre-Bornes, soit le pays traverse des moments économiques difficiles comme nous le dit le ministère des Administrations locales qui nous demande de nous serrer la ceinture et qui justifie ces coupures budgétaires drastiques. Quoi qu’il en soit, il nous faut faire avec et cela a une incidence et sur les services de base et sur les projets », a-t-elle affirmé.
Abordant le thème du ramassage d’ordures, Rooma Meetoo a dénoncé la « décision précipitée du gouvernement, en novembre dernier, juste avant les élections, d’avoir résilié des contrats des compagnies privées et d’avoir embauché environ 90 éboueurs, afin de caser des petits copains en vue des élections ».
La maire a expliqué qu’alors que la période des fêtes de fin d’années s’approchait et qu’un cyclone s’annonçait en début janvier, cela a eu des conséquences sérieuses sur le niveau des services de ramassage d’ordures. D’abord, la MQB a eu des difficultés à faire rouler des vieux camions par des mécaniciens débordés de travail. Puis, à cause des coupures budgétaires, la MQB, n’a pu embaucher des superviseurs pour encadrer et guider les nouvelles recrues, ce qui a eu pour conséquences que certaines régions de la ville en ont souffert. Et enfin, des tracteurs récemment achetés au coût de Rs 2 millions pour le ramassage d’ordures n’ont pu être utilisés du fait que leurs caissons sont trop grands pour les routes existantes. « Nos officiers ont eu des difficultés à concilier tous ces facteurs pour offrir un service régulier et équitable aux citoyens. Mais maintenant, c’est du passé, car petit à petit les choses sont rentrées dans l’ordre et la MQB est désormais en mesure d’offrir un service de voirie plus régulier », a indiqué Rooma Meetoo.
Concernant le problème de l’éclairage des rues, la maire a expliqué que ce service a aussi souffert des coupures budgétaires. « Qui dit coupures dit élimination de l’overtime. Or, c’est la nuit que des équipes font leurs rondes des lampes défectueuses », a-t-elle ajouté.
Rooma Meetoo a par ailleurs annoncé la reprise de la distribution de poubelles dans la ville. « Cela avait été fait de manière erratique dans certains quartiers avant les élections. Mais une fois les camions libérés du surplus de ramassage d’ordures, il y aura une redistribution plus équitable de poubelles aux habitants de Quatre-Bornes », a-t-elle promis.
« Nous sommes prêts à relever les défis pour faire de Quatre-Bornes une ville plus saine, plus propre, plus conviviale, et plus fleurie. Nous sommes ici que depuis décembre et nous sommes sûrs que les habitants vont nous donner un temps de grâce de six mois pour remédier à la situation et réaliser les projets que nous avons promis pour la ville ! » a conclu Rooma Meetoo.