Quelque 160 pintes de sang ont été récoltées à la mi-journée hier au siège de la Mauritius Revenue Authority à l’Ehram Court à l’angle des rues Mgr Gonin et Sir Virgil Naz, Port-Louis. Cette collecte de sang a eu lieu dans le cadre de la célébration des cinq ans de cette institution.
« C’est désormais une tradition à la Mauritius Revenue Authority (MRA) de marquer la célébration de sa création par une collecte de sang », a expliqué le directeur général Sudhamo Lal lors d’une petite cérémonie au siège de l’institution en présence du lord-maire Mahmad Khodabaccus, qui en était l’invité d’honneur. « À travers cette collecte de sang, nous voulons démontrer que le don de sang est un service à l’humanité et le service à l’humanité est notre mission suprême », a-t-il ajouté.
Selon un préposé de la MRA, environ 160 pintes de sang ont été récoltées à la mi-journée. « Cette année, en ligne avec notre stratégie en faveur de l’environnement, un arbre est offert à chaque donneur. Depuis les quatre dernières années, la MRA a obtenu le Best Organiser par l’Association of Blood Donation Organisers », s’est félicité notre source.
Sudhamo Lal a pour sa part profité de cette petite cérémonie pour remercier son personnel et ses « stakeholders » pour leur « temps, leur intelligence et leur service ». Au lord-maire, il a affirmé que la MRA est un « good corporate citizen ». « Il ne nous suffit pas d’avoir une mission qui est de rendre service à l’humanité, encore faut-il qu’une organisation comme la nôtre ait une âme et une conscience », a-t-il élaboré.
« L’intelligence émotionnelle ne suffit pas, il faut en outre pouvoir développer une intelligence spirituelle pour pouvoir mener à bien notre mission pour le bien de l’humanité », a poursuivi le directeur de la MRA. Il a profité de la présence de Mahmad Khodabaccus pour lui demander d’améliorer les infrastructures autour de son organisation.
Le lord-maire a pour sa part fait un vibrant plaidoyer pour que les Mauriciens donnent un peu de leur sang. Il a déploré que, selon les statistiques disponibles, seulement 2 % de la population le fait. « Les gens ont peur de donner un peu de leur sang. Mais, il faut qu’ils réalisent que la piqûre de la seringue pour la prise de sang n’est rien comparé à cette vie qui est sauvée grâce à quelques gouttes de sang », a-t-il expliqué.
Mahmad Khodabaccus a également exhorté les autres entreprises de la capitale à suivre le pas de la MRA qui, pour marquer l’anniversaire de sa création, organise tous les ans une collecte de sang pour venir au secours de ceux qui en ont besoin. « Les responsables de ces entreprises doivent convaincre leurs employés que donner un peu de leur sang est non seulement bon pour sauver une vie, mais est également bénéfique pour le donateur. En outre, cela ne prend que quelques jours pour que le sang donné ne se renouvelle », a-t-il ajouté.
Le directeur de la MRA a ensuite invité le lord-maire à lancer le magazine commémoratif marquant les cinq ans de l’institution.