Le département des douanes de la Mauritius Revenue Authority opère un guichet de service conseil à l’intention des petits et moyens entrepreneurs. Objectif : les aider à mieux maîtriser les diverses procédures douanières, notamment celles ayant trait aux règles d’origine qu’imposent les différents protocoles d’accord commerciaux qu’a adopté Maurice.
Vivekanand Ramburun, Acting Director Customs, indique que ce guichet se veut « un service unique qui se propose de résoudre les problèmes que rencontrent les petites et moyennes entreprises (PME) souhaitant se lancer dans l’exportation de leurs produits. Il a été constaté que la complexité des procédures à suivre concernant les marchés préférentiels avec le critère de Rules of Origin constitue un obstacle pour nombre de PME. Ceux-ci ignorent les possibilités qu’offrent ces accords de conquérir des marchés étrangers. C’est donc un moyen de les encourager à prendre avantage de ces vastes potentiels d’exportation ».
Le guichet offre un service conseil entièrement gratuit sur les accès préférentiels et les conditions à respecter concernant les Rules of Origin, la logistique, entre autres procédures. Un service de documentation est aussi disponible.
Vivekanand Ramburun rappelle que Maurice a signé divers protocoles d’accord commerciaux avec la SADC, le COMESA, l’IOC, l’AGOA avec les États-Unis et l’Economic Partnership Agreement (EPA) avec l’Union européenne. Cependant, déplore l’Acting Director Customs, ces accords ne sont quasiment pas exploités par le secteur des PME.
De même, si de récents accords bilatéraux signés notamment avec la Turquie et le Pakistan ouvrent de nouveaux marchés pour les petits et moyens entrepreneurs mauriciens, le niveau des exportations vers ces pays demeure très faible. « Avec ce guichet de service conseil, la MRA souhaite contribuer activement à la volonté du gouvernement de booster nos exportations. » Dans cette optique, le département des Douanes se propose également de démarrer un Outreach Programme à l’intention des PME, soit sur une base régionale soit sectorielle. Il s’agira d’envoyer des équipes de douaniers aux quatre coins du pays pour animer des ateliers de travail sur l’exportation ou de tenir de sessions de formation spécifiques aux secteurs de production : bijouterie, artisanat, agroalimentaire, etc.