Quatorze Customs Clerks de la Mauritius Revenue Authority (MRA) ont été suspendus de leurs fonctions depuis le 7 décembre. Ils sont accusés d’avoir illégalement eu accès au Customs Management System alors que ce système est en réparation depuis le 10 octobre dernier. Ces 14 employés contestent leur suspension car la lettre leur en informant fait mention qu’ils ont utilisé le système du 2 au 9 octobre alors que les travaux de réparation ont débuté le 10 octobre.

« Nous avons été injustement suspendus de nos fonctions. Nous utilisons le Customs Management System depuis plusieurs années et nous n’avons jamais eu de reproches. Nous travaillons avec des Customs Brokers qui ont reçu un e-mail le 10 octobre dernier, vers midi, les informant que le Customs Management System ne sera plus accessible pour cause de réparation », expliquent-ils. « Please note that the MRA is in the process of conducting an overall system maintenance. Consequently the PCs installed at New Custom House (NHC) and PATS Office enabling stakeholders to check the status of their bills of entry will be temporarily under maintenance and will be out of use as from tomorrow 10 October 2018. »

« Puis, le 16 novembre, nous avons eu une lettre de la MRA indiquant que nous avons eu un accès non autorisé et illégal au système du 2 au 9 octobre dernier », déplorent les employés concernés. La lettre fait aussi mention que les 14 Customs Clerks pourraient être suspendus de leurs fonctions pour cette raison. « I wish to inform you that such unauthorised and unlawful access to the CMS on your part constitutes an act of misconduct which may warrant the suspension or cancellation of your registration as customs clerks Under section 120(4) of the Customs Act 1988 », peut-on lire dans la lettre.

Ce n’est que le 5 décembre qu’ils apprendront, par le biais d’une lettre, qu’ils seront suspendus de leurs fonctions pour la raison avancée dans la lettre du 16 novembre. Les 14 douaniers rejettent catégoriquement toutes les allégations formulées à leur égard et affirment qu’ils ont été suspendus injustement. « Comment avons-nous eu un accès non autorisé et illégal à ce système du 2 au 9 octobre alors que nous avons été avertis de sa réparation le 10 octobre ? Nous ne comptons pas rester les bras croisés. Nous comptons avoir recours à la justice. Nous allons intenter un procès à la MRA pour contester notre suspension, que nous jugeons injuste », affirment les Customs Clerks.