La Mauritius Revenue Authority Staff Association affiliée à la Fédération des syndicats du secteur public, déplore le fait que la date effective de la prochaine révision salariale n’ait pas été officiellement communiquée. Cette instance affirme que celle-ci devait être le 1er janvier 2011. Par ailleurs, le syndicat réclame une révision totale des conditions de travail au sein de la MRA et brandit même la menace d’une action industrielle si le management ou encore le ministre des Finances Xavier-Luc Duval n’accordent pas une oreille attentive à leurs revendications.
Le 21 avril dernier, une réunion s’est tenue sur la date à laquelle prendra effet la prochaine révision salariale. Des discussions ont été engagées entre les représentants de la Mauritius Revenue Authority Staff Association (MRASA), affiliée à la Fédération des syndicats du secteur public et les représentants du management de la Mauritius Revenue Authority (MRA), sous la présidence des officiers du ministère du Travail. Hier après-midi, lors d’une conférence de presse dans la capitale, les dirigeants de la MRASA devaient souligner qu’aucune « effective date of the next review of salaries » leur a été officiellement communiquée. « Nous insistons sur le fait que la révision salariale devait prendre effet à compter du 1er janvier 2011. Quand le rapport salarial a été soumis en juillet 2008, il était convenu qu’une autre révision salariale s’effectuerait trois ans après, soit en juillet de cette année. Mais nous avons tenu compte du fait que le gouvernement a tout avancé de six mois : l’incremental date prévue pour juillet a été faite en janvier, le rapport PRB qui devrait être publié en juillet 2013, a été ramené à janvier 2013. C’est pour ces raisons que nous maintenons que le prochain rapport salarial aurait dû avoir pris effet à compter du 1er janvier 2011 », devait expliquer Rashid Imrith, négociateur de la MRASA. Le syndicat avance qu’une lettre a été envoyée au VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval le 17 août pour solliciter la tenue d’une réunion à ce sujet, vu que la MRA est une « core organization » des Finances. « Xavier-Luc Duval doit intervenir pour que les travailleurs de la MRA obtiennent un interim increase représentant une avance sur la révision salariale car nous ne pouvons payer les frais de l’incompétence du management… », a soutenu Rashid Imrith. Le syndicat réclame, par la même occasion, une révision des conditions de travail – qui sont restées inchangées depuis 1986 – pour les employés de la MRA. À titre d’exemple concernant le travelling, le syndicat déplore l’absence d’ajustements en dépit de la hausse des tarifs d’autobus à deux reprises.
L’autre sujet à l’agenda : l’adjustment of pensions after retirement. « Au gouvernement, quand un rapport salarial est publié, la pension des retraités est réajustée en fonction des recommandations des travailleurs. Mais à la MRA, quand il y a eu une révision salariale en 2008, les pensions des travailleurs retraités n’ont pas été révisées », martèle Rashid Imrith. Ce sujet a pourtant fait l’objet de discussions lors d’une réunion entre la MRASA, la Fédération des syndicats du secteur public et l’ancien ministre des Finances Pravind Jugnauth. Mais après la démission de ce dernier du gouvernement, le dossier n’a pas avancé.
À l’issue de l’assemblée générale tenue le 29 septembre au Rabita Hall, le syndicat a décidé de se préparer à une action industrielle. Il lance un ultimatum de 14 jours au VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval en vue d’une intervention. Si aucune décision n’est prise en ce sens, le syndicat tiendra une manifestation devant Ehram Court à Port-Louis et New Custom House pour faire part de leur mécontentement.