Le Mauritius Research Council mène une étude intitulée Research/Innovation-Industry Linkage Study auprès des institutions publiques et privées. Cet exercice vise à identifier comment la recherche et l’innovation peuvent influencer la productivité des entreprises. L’étude devrait être complétée en juillet et aidera le MRC dans une démarche d’attirer davantage d’institutions à s’engager dans la recherche.
« Les entreprises, grandes ou petites, sont en train d’avoir recours à de grandes innovations pour accroître leur productivité », souligne le Mauritius Research Council (MRC). L’on estime que la capacité d’innover dépendra des connaissances et des ressources dont dispose notre pays en matière de recherche et d’innovation. D’où l’objectif de conduire cette étude qui vise à établir le rapport entre la recherche et les entreprises.
Cette étude évalue les ressources des académiques en termes d’enseignement, de partage de connaissances et d’engagement. Le MRC estime importantes l’introduction de nouveaux programmes de formation spécialisée et l’innovation de l’enseignement en termes de recherche. Ce sont ces facteurs qui permettront aux industries d’étendre leurs activités. La Research/Innovation-Industry Linkage Study identifiera de nouvelles sources potentielles de coopération et d’opportunités en matière de recherche et de développement.
Cette étude devra également établir le lien entre le secteur privé et les institutions de recherches, outre les universités. Les résultats serviront de recommandations pour l’élaboration d’un plan d’action en vue d’encourager les institutions à s’engager dans la recherche et le secteur privé à investir dans ce domaine. Les techniciens seront appelés à identifier les acteurs et partenaires avec lesquels il sera possible de travailler afin de favoriser l’émergence de propositions de coopération en matière de recherche.
Les dépenses publiques dans le domaine de la recherche et du développement, y compris le secteur du sucre, représentent seulement 0,36 % du produit intérieur brut. Soit un pourcentage relativement faible par rapport à l’investissement en recherche et développement des autres pays développés, qui peut atteindre 4 % et plus. À Maurice,l’on estime que seulement 15 à 20 % du financement pour la recherche et le développement proviennent de l’investissement privé, notamment dans les technologies du sucre, tandis que dans les pays développés, le chiffre se monte à 60-70 %.
Le MRC a pour objectifs d’encourager, promouvoir et coordonner la recherche et le développement (R & D) dans tous les domaines scientifiques, technologiques, des activités sociales et économiques, de conseiller le gouvernement sur toutes les questions concernant les politiques scientifiques et technologiques, d’en établir les lignes directrices et d’initier la formulation des politiques de recherche et développement sur une base nationale, et d’encourager l’utilisation commerciale des résultats de recherche et développement dans l’intérêt national.
À partir du mois prochain, le MRC offrira deux cours, notamment le Basic Course on Research Methodology et le Research Grant Application Course pour former ceux qui veulent s’engager dans la recherche ou postuler pour une demande de fonds pour un projet de recherche.