Le Mauritius Research Council lancera bientôt une étude sur le diabète, maladie qui prend de plus en plus d’ampleur dans le pays. Il s’agira d’en déterminer la dimension socio-économique, de comprendre les remèdes traditionnels afin d’en réduire les risques et d’effectuer des recherches plus approfondies. Ce travail devrait aboutir à la formulation d’un “Research Programme on Diabetes” en vue d’attirer des fonds pour mettre en oeuvre des projets en ce sens.
Selon des statistiques de 2009, 23,6 % de ceux âgés entre 25 et 74 ans sont diabétiques, 37,9 % souffrent d’hypertension et 83,5 % ne pratiquent aucune activité physique. Compte tenu des nombreuses maladies et affections liées aux mauvaises habitudes alimentaires, notamment l’hypertension, le diabète et les maladies cardiovasculaires, la prévention des facteurs de risque est devenue un thème prioritaire pour le ministère de la Santé. 33,9 % des décès recensés en 2009 sont attribués aux maladies cardiovasculaires. Cette étude démontre aussi que dans la tranche d’âge des 12-19 ans, 7,4 % des jeunes sont obèses et 44,2 % passent plus de deux heures par jour devant la télévision ou à jouer sur des consoles électroniques.
Par ailleurs, 400 amputations sont effectuées par an à cause du diabète et 1 000 diabétiques suivent actuellement un traitement de dialyse. Pour faire face à ce problème, le Mauritius Research Council veut élaborer un “Research Programme on Diabetes” afin de prévenir cette maladie à travers des recherches sur ses causes. Ce projet de recherche a pour principal objet l’identification et la validation de nouveaux objectifs de prévention et de traitement du diabète en vue d’influencer les autres maladies non transmissibles qui y sont liées. Le projet développé envisage la possibilité d’aboutir à une amélioration sensible du traitement du diabète via une collaboration de tous les dispensateurs de soins concernés au sein de structures organisationnelles existantes.