La Super Cup de football de la Fédération mauricienne des Sports Corporatif (FMSC) a connu son dénouement vendredi dernier au stade Anjalay avec le sacre de la Wastewater Management Authority (WMA). En effet, le titre se jouait entre les deux meilleures formations de l’élite, à savoir PADCO (tenant du titre) et WMA. Ces deux équipes cumulaient à elles deux 22 points pour sept victoires et un nul en huit sorties. C’est PADCO toutefois qui possédait une meilleure différence de buts, ayant fait trembler les filets à 29 reprises contre 27 pour WMA. C’est cette dernière formation qui a encaissé le moins de buts, soit sept contre huit pour PADCO avant ce match fatidique.
Une « finale » devait alors départager ces deux équipes phares de l’élite, et c’est WMA qui a fait la différence, l’emportant sur le score sans appel de 3 buts à 0. À noter que cette dernière formation était dans l’obligation de s’imposer pour décrocher le précieux sésame et conserver par la même occasion sa couronne, tandis que les coéquipiers de Guillaume Sockalingum n’avaient besoin que d’un match nul pour remporter la palme. La WMA est d’ailleurs la principale concurrente de PADCO de ces dernières années. Elle est désormais championne de la ligue phare de la FMSC avec une attaque de feu, démontrant qu’elle était bien l’équipe la plus en forme de cet exercice. Un beau champion qui aura eu le mérite de renverser la formation de la compagnie de construction et génie civil.
Les joueurs utilisés par l’entraîneur Mukesh Ramrekha au cours de la finale sont Walter St-Martin, Mervyn Jocelyn, Bruno Ravina, Aboo Bakar Augustin, Hailey Appado, Dario Sutton, James Nampoongah, Jean-François Lahache, Jonathan Carpenen, Pascal Rabaye et Nikhil Gadarsing. C’est ce dernier qui a ouvert le score à 21e minute, avant que Rabaye ne fasse le break sept minutes plus tard et que Lahache ne parachève le succès des jaunes en deuxième période (74e minute).