Le tireur Fabrice Bauluck, médaillé d’or de la Coupe du monde et champion d’Afrique de kick-boxing, et la judokate Christiane Legentil, classée 7e chez les -52 kg aux Jeux Olympiques de Londres, ont été respectivement élus Sportsman et Sportswoman 2012 (avec une prime de Rs 75 000 chacun) à l’occasion de la cérémonie du 27e MSC National Sports Award tenue jeudi soir à l’hôtel Intercontinental à Balaclava.
Le sport de combat a ainsi fait la différence en s’adjugeant les deux titres suprêmes. Si Bauluck succède à un autre combattant au palmarès (le boxeur Richarno Colin), en revanche, Legentil, succède à la cycliste Aurélie Halbwachs.
« Je suis extrêmement heureux d’être élu meilleur athlète de l’année. Je pense que cela récompense non seulement mes succès, mais aussi le travail assidu à l’entraînement. Je remercie tous ceux qui m’ont aidé dans mes épreuves. Je pense d’emblée à ma famille, mon entraîneur, mon employeur PADCO et au ministère de la Jeunesse et des Sports », a déclaré le Sportsman of the Year 2012.
Il convient de rappeler toutefois que si le kick-boxing retrouve le sacre suprême – après James Agathe en 2010 -, le judo retrouve lui le devant de la scène après une décennie. En effet, la dernière fois que cette discipline a décroché pareil titre remonte à 2002 lorsque Dolly Moothoo, vice-championne d’Afrique en Égypte, s’est illustrée.
« Le sacre de Legentil est une fierté pour le judo dans son ensemble. Cela fait un bon bout de temps que nous n’avons connu un tel instant. Elle mérite ce titre dans la mesure où elle s’est beaucoup sacrifiée. Elle a raté de peu la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres. Grâce à septième place à Londres, Christiane Legentil est la mieux classée en judo, hommes et dames confondus, sur le continent africain. C’est une grande première », a fait ressortir Joseph Mounawah, directeur technique de la Fédération mauricienne de judo, jiu-jitsu et disciplines associées. Soulignons que Christiane Legentil, actuellement en stage à Strasbourg, était représentée par sa soeur Claudina lors de ce National Sports Award.
Le judo était également à l’honneur un peu plus tôt avec Sarah Sylva, lauréate dans la catégorie Junior Sportswoman of the Year. « C’est un titre auquel je ne m’attendais pas trop. Mais je ne suis pas totalement surprise de l’avoir obtenu », a dclaré Sarah Sylva. Toujours dans cette même catégorie mais du côté masculin, le cycliste Sébastien Tyack s’est imposé. « Je suis heureux, c’est une juste récompense pour les efforts fournis pendant une saison. Maintenant, je dois gérer sport et études puisque je compte décroche mon bac en juin », a fait ressortir le cycliste.
Chez les Most Promising, le titre est revenu à la badiste Rheea Dookhee en féminin alors que le voltigeur (équitation) Lambert Leclézio s’est illustré en masculin. Judex Jeannot (kick-boxing) a logiquement remporté le titre du Coach of the Year “Sports Individuels”. Dharmendra Gundowry (volley-ball), seul nominé, a décroché le trophée de Coach of the Year “Sports Collectifs”.
La palme de la Team of the Year “Sports Individuels” est revenue à l’équipe nationale masculine de badminton, tandis que la Team of the Year “Sports Collectifs” est la paire de beach-volley composée de Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo). Shena Bhikeea (athlétisme) et Brian Sophie (athlétisme) ont été prébiscités respectivement en féminin et masculin Best Athlete (handisports).
Soulignons que le MSC a remis deux Special Awards à Ian de Maroussem pour avoir effectué le Tour de Maurice (207 km) en courant en septembre dernier et aussi à l’équipe de relais 4x100m en athlétisme qui avait pris part à la première compétition internationale, soit les Jeux du Commonwealth à Perth en… 1962.