Rajenrah Ramdhean, nouveau président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF), a, lors de la présentation de sa nouvelle équipe hier au Sanatan College, à Réduit, annoncé que contrairement à son prédécesseur, Somduth Dulthumun, « le gouvernement et l’opposition seront traités sur un pied d’égalité » en ce qu’il s’agit de leur présence aux activités organisées par la fédération.
Reconnaissant le « bon travail » accompli par Somduth Dulthumun à la tête de la MSDTF durant 15 ans, Rajenrah Ramdhean a prôné la continuité et a déclaré qu’il « représente le pays ». Le nouveau président de la fédération indique que les choses « évolueront d’une façon différente », notamment en ce qui concerne les grands défis à relever par les Mauriciens et « la communauté hindoue en particulier ». Pour lui, « tous les courants politiques auront des chances égales », soutenant que « nous allons travailler avec le gouvernement et l’opposition ». Dans sa campagne en marge des élections de dimanche dernier, Somduth Dulthumun avait clamé à plusieurs reprises qu’il représentait le gouvernement et que s’il était élu à nouveau, « j’aurais le soutien du gouvernement ». Cependant, la nouvelle équipe de la MSDTF souhaite, elle, « représenter l’île Maurice et les Mauriciens ».
Selon Rajenrah Ramdhean, le Diya Group a remporté les élections grâce à son programme. « Les délégués ont cru en nous, les consignes ont été suivies à la lettre et, lors des réunions, l’alcool n’a pas été servi. » Rajenrah Ramdhean souhaite une rencontre avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour lui expliquer le programme de la MSDTF pour les prochains trois ans. « Il doit nous écouter », affirme-t-il. Concernant les décisions importantes qui seront prises, le président de la MSDTF a rassuré qu’il n’y aura pas de “one-man show”. « Chacun aura le droit à la parole. Nous voulons que tout le monde nous donne un coup de main. » Par rapport aux fléaux de la drogue et de l’alcoolisme, Rajenrah Ramdhean est d’avis qu’il faut réagir avant que la situation ne se dégrade davantage au sein de la société. Les organisations socioculturelles, plaide-t-il, ont un rôle important à jouer pour « assurer la paix et l’harmonie et sensibiliser les gens contre les méfaits de la drogue ».
Concernant sa proximité avec le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, Rajenrah Ramdhean a lancé : « Mo pa pou dir ou si mo pros ou pa. Je ne déclinerai pas ma couleur politique car c’est une opinion personnelle. » Sa victoire de dimanche dernier démontre-t-elle que Navin Ramgoolam a à nouveau la faveur de la communauté hindoue ?? « Mo pa pou dir wi ou non. Mo pa kone », rétorque Rajenrah Ramdhean. À une question de la presse pour savoir si les politiciens auront le droit à la parole lors des activités de la MSDTF, Rajenrah Ramdhean a souligné que « tout cela sera examiné par les instances de la fédération ».
S’agissant des programmes à la radio, le président de la MSDTF souhaite « un changement » puisque, dit-il, « nous devons bien mesurer nos paroles, car nous vivons dans un pays multiculturel ». Au deuxième volet de la conférence, Raj Sunt, vice-président de la MSDTF, a annoncé que le Gunesh Charturhi sera organisé au niveau national à Mon-Choisy, Flic-en-Flac, Anse La Raie et Belle-Mare, entre autres. Rappelons que Somduth Permala, secrétaire de la MSDTF, a brillé par son absence lors de la présentation de la nouvelle équipe hier.