Le leadership du MSM a fait preuve d’une constance tout au long de la semaine écoulée: se montrer extrêmement avare de commentaires sur l’évolution ou les tractations en cours sur le plan politique. Même après la conclusion de l’exercice de remaniement minitériel, hier après-midi, un porte-parole officiel du MSM, approché par Week-End pour une première réaction au sujet du sort de l’Alliance de l’Avenir, a tout simplement déclaré qu’il faudra repasser « demain » (aujourd’hui). Les autres dirigeants du parti avaient adopté la pratique du téléphone off pour tenir les journalistes à l’écart.
Le MSM avait réuni ses parlementaires hier matin au Sun Trust pour passer en revue la situation. Après une heure d’échanges, le leader du parti, Pravind Jugnauth a tout simplement déclaré aux journalistes présents que « kuma nu ti évok certaines raisons ki ine amène démission ministres MSM, éna lezotte raisons d’ordre politique qui ine amène sa. »
Pravind Jugnauth ajoute qu’il avait déjà communiqué ces raisons au PM et qu’il faudra s’attendre à d’autres déclarations subséquentes de sa part. A partir de là, un véritable dialogue de sourds s’engagea entre les journalistes et le leader du MSM se contentant de répéter ad nauseam « en temps et lieu » que ce soit pour la teneur de ces « autres raisons politiques »ou encore une éventuelle nouvelle rencontre avec Navin Ramgoolam.
De son côté, mis en cause par la déposition du leader de l’opposition à l’ICAC, Showkatally Soodhun évite soigneusement de faire des commentaires sur cette affaire ou encore moins d’infirmer ou de confirmer le fait dénoncé. « Je ne suis pas en présence de la teneur de la déposition de Paul Bérenger à l’ICAC. De ce fait, je ne suis pas en mesure de faire de déclaration », a-t-il déclaré aux journalistes aux abords du Sun Trust, hier.