Quelque 25 professionnels de Madagascar actuellement en tournée éducative à Maurice ont rencontré le secrétaire général du Mouvement socialiste militant (MSM), Nando Bodha, au Sun Trust Building mardi. Durant cet entretien, ils ont découvert les différentes phases du développement économique à Maurice ainsi que l’histoire politique de l’île.
Nando Bodha a expliqué aux Malgaches que Maurice avant son accession à l’indépendance avait reçu la visite de deux éminents économistes britanniques, les professeurs Titmuss et Meade. Ces derniers, rappelle-t-il, avaient prédit que l’île Maurice était vouée à l’échec. Mais, indique-t-il, le temps leur a donné tort avec les progrès accomplis à tous les niveaux. Surtout que le pays ne compte que sur ses ressources humaines pour sa réussite comparé aux autres pays qui ont du pétrole et d’autres matières pour goûter au progrès.
Nando. Bodha leur a dit que Maurice comptait environ 80 000 chômeurs à la fin de 1982. Il a fallu, ajoute-t-il, qu’un grand changement politique ait lieu pour que ce spectre soit chose du passé. Le nouveau Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, dit-il, a relevé les défis et résisté aux diktats du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale pour apporter le sourire au sein de chaque famille mauricienne. « En moins de cinq ans le pays a connu le plein emploi, a dû avoir recours à l’importation de main-d’oeuvre étrangère pour permettre aux investisseurs d’honorer leurs engagements. Plusieurs pays ont cité Maurice en exemple. » Sir Anerood Jugnauth, dit Nando Bodha, a été à la base de la nette transformation du pays. Outre les secteurs traditionnels (sucre, textile et agriculture), la technologie informatique et le seafood hub sont devenus deux piliers additionnels de l’économie mauricienne sous l’impulsion du même Premier ministre.
Le SG du MSM a salué la Fredreich Ebert Foundation pour son initiative de faire déplacer ces professionnels pour qu’ils puissent comprendre le fonctionnement des institutions démocratiques à Maurice (système électoral, rôle de l’opposition, la gestion de victoires et de défaites, le rôle des chefs des partis politiques, le système judiciaire, la stabilité dans la démocratie comme base pour le développement et le progrès d’un peuple, entre autres).
S’agissant de Madagascar, M. Bodha a rappelé que Maurice a toujours entretenu des liens étroits avec elle. Ce qui se passe dans la Grande Île, dit-il, interpelle tout le monde. « Cette crise ne peut pas perdurer de manière infinie. Il vous faut garder espoir. La crise qui n’évolue pas ne peut que créer de gros problèmes parce que les défis restent les mêmes. Je crois que les efforts qui se font actuellement au niveau de la plus haute instance, c’est-à-dire entre le président sortant et le président actuel pourront donner des résultats », leur a-t-il dit en guise de conclusion.
Parmi les visiteurs se trouvaient des magistrats, des analystes-programmeurs, des enseignants, des journalistes, des hommes de loi et des représentants des partis politiques malgaches.