Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a pris comme souffre-douleur Paul Bérenger lors de sa conférence de presse hebdomadaire au Sun Trust building samedi. Il déplore, entre autres, le fait que Paul Bérenger désormais « passe sous silence » toutes les injustices qu’il dénonçait auparavant et soutient que l’accord entre le PTR et le MMM est un « désastre pour le pays et pour les militan koltar ».
« Sitiasion politik aktiel koumadir Titanic. A bor enn koupl, Paul sef dorkest, Navin baterr djembe, e zot pa pe realize ki pei pe koule », s’insurge Pravind Jugnauth. Pour lui, le plus important pour ces deux leaders politiques c’est leurs ambitions personnelles et la manière dont ils vont se partager le pouvoir, ne se souciant pas de ce qu’endure la population. « Ramgoolam kontinie manigance lor ki mwayin pou gagn pouvwar alor ki Bérenger linn abdik so bann responsabilite an tan ki lider lopozision. Li pe fer kloun ek sa post la ! Sa lakor ant zot de enn dezast pou pei », devait-il déclarer. Le leader du MSM devait accentuer ses critiques sur les agissements de Paul Bérenger à l’aube d’une nouvelle République. « La konstitision inn vinn enn badinaz. Paul pe vinn komplis pou bafwe la demokrasi. Olie donn lindepandans bann institision, pe politiz zot ». Il évoque ainsi les nominations au sein de la Public Service Commission où « pou ena enn minmiz politik dan enn institision ki sipoze independan. Ki meritokrasi ena kan politisien ki pou nomme ? » Le leader du MSM a aussi évoqué l’attitude de Paul Bérenger qui traite les syndicalistes de « pa konpran » et qui s’attaque à la presse. « Si par malerr Berenger vinn PM, koze pa pou kav, kritike pa pou kav ! » Selon Pravind Jugnauth, désormais Paul Bérenger « avale tout » ce que lui dit Navin Ramgoolam et doit composer avec le cercle fermé de Navin Ramgoolam. « Yerr li ti pe koz lor ban privilez Nandanee Soornack. Zordi li pe al soutenir Madam la ». Revenant sur la fouille de Rakesh Gooljaury à l’aeroport de Plaisance, le leader du MSM qualifie cette intervention de « show preparé à l’avance. Nou tou konne li kalson-simiz avek Navin Ramgoolam ». Concernant l’affaire Varma, Pravind Jugnauth déplore le fait que désormais Paul Bérenger « inn tourn paz lor sa linzistis la. Linn fini blie tou, pardonn tou. Sirman inn amen champagne tou pou fett sa ! »
Questionné par la presse sur une éventuelle alliance MSM/PMSD/Mouvement Liberater, le leader du MSM s’est dit pour un accord malgré qu’il n’y ait pas encore eu de conclusion. « Diskision pe kontinie. Si ena konkluzion nou pou anons li. Nou priorite se program e ki manierr pou trouv solisions a bann problem. » Le leader du MSM a ajouté que d’autres partis ont aussi fait part de leur envie de rejoindre cette alliance en devenir mais que rien n’a été finalisé pour le moment. Il devait dans un deuxième temps réitérer le fait que le projet de nouvelle république est « enn badinaz » et se dit contre ce changement qui est un « blocage constitutionnel pour le pays et dont le perdant reste la population ».