La célébration du 30e anniversaire du MSM a été marquée hier par un congrès national organisé au SVIC, qui a vu la participation de sir Anerood Jugnauth et de Paul Bérenger en présence des membres du corps diplomatique. « Il nous faut réinventer le pays », a lancé son leader Pravind Jugnauth, estimant que tout est à refaire à Maurice. Le leader du MSM a aussi annoncé la création de plusieurs bourses qui seront allouées aux enfants des militants de ce parti et s’est dit convaincu de la victoire du Remake lors des prochaines élections générales avec SAJ comme Premier ministre suivi de Paul Bérenger. Ce dernier a rappelé pour sa part que le Remake a été créé sur la base d’un programme. SAJ a lancé un appel à la solidarité de tous les militants du MSM et du MMM, leur demandant de ne pas se laisser affecter par les petites divergences.
Le leader du MSM a commencé par rendre un vibrant hommage à sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger qui, a-t-il dit, ont toujours fait passé le pays avant leurs intérêts personnels avant de demander à l’assistance de les applaudir. « À Chaque fois que Paul et Anerood ont été ensemble, ils ont toujours inspiré tous les militants de par leur dévouement et leur courage. Plus que jamais le pays a besoin d’eux. »
Pour Pravind Jugnauth, le pays est en deuil en raison du spectacle qui s’offre à lui. « Skandal lor skandal, frod, koripsion, devlopman indistri kokin. La mafia travayis inn akapar partou. Pouvwar dan zot lame. Zot panse fer seki zot anvi », a-t-il dit. Il a observé que toutes les institutions sont perverties, à commencer par l’ICAC, le CCID, la MBC, la TEC, dont le nouveau président fait l’objet de critiques en Inde. Même le judiciaire n’a pas été épargné avec le non respect de la hiérarchie et de la méritocratie. Il a accusé le Premier ministre d’utiliser ces institutions pour persécuter ceux qui sont dans l’opposition et « surtout ceux qui ne partagent pas son opinion notamment dans le cas de MedPoint. Pour preuve, Maya Hanoomanjee a été blanchie des accusations portées contre elle. » Il a aussi constaté une détérioration au niveau social. « Nous sommes devenus les champions du trafic de la drogue », a-t-il dit, reprochant au Premier ministre d’avoir refusé l’institution d’une commission d’enquête. Il a aussi déploré la détérioration de la situation du law and order. Sur le plan économique, il a estimé que le pays s’appauvrit.
Le leader du MSM a fait mention des discussions en vue de l’élaboration d’un plan qui sera intégré dans le programme du Remake concernant la santé, l’éducation, le logement, l’assistance sociale et l’empowerment. « Nous ne pouvons nous permettre de dire que Maurice est un pays moderne alors que tous les fondamentaux économiques se détériorent. La classe moyenne, les pêcheurs et les entrepreneurs sont en difficulté. » Il a estimé que la démocratisation préconisée par le Premier ministre se résume à la protection d’un clic proche du Ptr. Il a observé que la vraie démocratisation de l’économie a été apportée par le MSM et le MMM dans le passé. Par contre, a-t-il dit, le Premier ministre constitue un danger pour la démocratie, en mentionnant la nouvelle carte d’identité. « Le fait de réclamer les empreintes digitales et de pendre des photos biométriques constitue en lui-même un grand danger. Nous ne sommes pas d’accord avec la banque de données », a-t-il lancé. Pour lui, il n’y a aucune obligation de prendre la nouvelle carte d’identité jusqu’à septembre de l’année prochaine. « Je mène cette bataille pour tout le peuple mauricien. » Il a déploré l’installation à Maurice de toute sorte d’universités, dont les diplômes n’ont aucune valeur.