• Le leader du MSM : « C’est le départ de la campagne électorale ! Notre gouvernement donne des résultats : c’est pour cela que vous, le peuple, allez de nouveau voter pour nous ! »

Six intervenants ont précédé Pravind Jugnauth au micro ce 1er mai à Vacoas pour « l’ultime meeting à cet endroit », du MSM/ML. Une fête du travail qui donne le « coup d’envoi de la campagne électorale », a précisé le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avec un discours porté sur tantôt les « accomplissements » du gouvernement, tantôt sur les prochains projets qui aboutiront avec « enn deziem manda pou MSM/ML ».

Il a évoqué : la récente loi sur l’immigration, la lutte contre la drogue, sa victoire devant le Privy Council dans l’affaire MedPoint et celle devant la Cour internationale de justice pour les Chagos, la baisse du chômage, l’avenir des jeunes et, comme cible privilégiée : Navin Ramgoolam. « Ou pou refer nou konfians parski ek nou ena developman : nou, nou respekte nou langazman ziska nou dernie lasier ! » s’est-il appesanti. Rassemblement qualifié de « istorik » à plusieurs reprises et par chaque intervenant, surtout parce que, « l’an prochain, cet endroit n’existera plus : le métro passera par là… »

C’est en rappelant « nos deux victoires : la première, personnelle, devant le Privy Council et, l’autre, internationale, devant la CIJ », que Pravind Jugnauth a démarré son discours de 60 minutes.

Remonté et braqué contre ses adversaires, et à la fois en mode campagne électorale, qu’il a officiellement lancée, il a rappelé comment « nou finn sibir, mwa ek mo fami, mo madam, mo bann zanfan, nou lalians, nou gouvernman… Zot ti dir zot mem vande, zot mem aste. Me mo finn touzour dir mo konsians kler : mo pa finn komet okenn ofans. Et le Privy Council, à l’unanimité, avec cinq Law Lords, m’a donné raison ! »

Autre chapitre qui a occupé ce meeting du 1er mai, le verdict favorable devant la CIJ pour Maurice s’agissant de l’occupation des Chagos. Pravind Jugnauth soutient ainsi : « Zot ti dir nou napa konn naryen : me nou kinn resi ! Nous avons gagné dans les yeux du monde notre dignité. Celui qui disait avoir de bons contacts en Angleterre, le “London Boy”, n’a fait que bluffer ! » Ce qui l’a amené à réclamer un second mandat du peuple.

Et le leader orange de mettre en exergue : « Dimounn trouve nou serye : avek nou, ena rezilta. Gouvernman pe travay depi 4 an et demi. Depi 2 zan mo PM… Mo pa kontan flat mo mem, mo pa parfe, me mo travay. Mo piti mo papa, e mo fier ! Rezilta-la pou prouve : Mo Ibrahim, qui ziz 54 pei Lafrik, finn donn Moris premie plas ! L’Agence Moody’s a tenu à maintenir son “rating” de Maurice parce que notre pays fait preuve d’une stabilité remarquable ! Et enfin, le dernier rapport du FMI nous a félicité ! Nous, le gouvernement, avec moi à la tête ! E sa, malgre enn gro poumon ki dir “pa posib rapor FMI felisit mwa” ! Abe mo dir li, li kapav zalou. Me malgre tou so lexperians ek so long karier politik, mwa enn zenn, monn resi seki li li pann kapav ! »

Le ton était résolument celui d’une campagne électorale : « Nous démarrons ici, aujourd’hui, notre campagne électorale. Cette année sera très chargée avec le prochain budget, la visite du pape, les Jeux des Îles… » a déclaré Nando Bodha. Ce qu’a confirmé Pravind Jugnauth par la suite. Celui-ci a également mentionné « une loi prochaine pour protéger les travailleurs », ainsi qu’une autre « sur le financement des partis politiques ».

Sur ce point, il devait se fendre d’une énième boutade à l’égard de l’ex-PM : « Li gagn kontribision parti an dolar, an ero… ek an yen ! » faisant allusion à des produits pharmaceutiques trouvés chez Navin Ramgoolam en février 2015, lors de l’épisode des coffres-forts. Pravind Jugnauth a aussi évoqué l’idée d’une assurance médicale à l’intention des fonctionnaires.

S’agissant de la récente loi sur l’Immigration, Pravind Jugnauth a déclaré : « Il y a ceux qui ont des casiers judiciaires dans leurs pays, d’autres qui ont trempé dans le trafic de drogue ou sont accusés de harcèlement sexuel. Nous ne voulons pas d’eux ! »

Le Deputy Prime Minister et leader du Muvman Liberater, Ivan Collendavelloo, a abondé dans le même sens, saluant « le courage des travailleurs étrangers, qui font des sacrifices pour venir travailler » à Maurice. « Mais il y a aussi de mauvais éléments… Nous n’en voulons pas ici. »

Soulignant « les excellentes relations de Maurice avec l’Inde, l’Arabie saoudite et la Chine », Pravind Jugnauth n’a pas caché sa colère pour ce qu’il estime être un « manque d’égard » d’Arvin Boolell à l’Assemblée nationale, et Dev Virahsawmy, envers l’Inde. « Zot fer mwa gagn vomi ! » Le PM dit avoir le même sentiment envers les « pédophiles qui abusent des mineurs », reprenant : «Quand on voit les traitements de faveur dont ils bénéficient… J’espère que le peuple jugera ».

Le Premier ministre a aussi évoqué la question d’Agalega, insistant que « l’opposition mène une campagne contre notre projet » là-bas. « Tout ce qu’ils avancent est faux ! » Dans le même esprit, il a relevé que « l’opposition se sert du malheur des gens : à chaque fois, il y a des éléments qui sèment la discorde ». Et d’avertir ses partisans : « Fer bien atansion ; ena bann atak kominal ki lopozisyon pe fer : pe atak kalimaye, ekrir lor miray moske, pran kas dan kovil… Me mwa mo pou protez lepep.»

Par ailleurs, l’ancien leader du MSM, sir Anerood Jugnauth, bien qu’il soit souffrant, a tenu à être présent hier matin à Vacoas aux côtés des membres de l’alliance gouvernementale. Dans une brève allocution, il devait souligner les projets de développement en cours et souhaiter que « le peuple renouvelle notre mandat ».


« Drums » assourdissants et Metro Express à l’est !

Les partisans du gouvernement se sont déplacés à Vacoas, les premiers bus déversant leurs lots de partisans très tôt dans la matinée du 1er mai. Mais les “drums”, qui ont remplacé les traditionnels tambours et vuvuzela, ont eu tôt fait de « chauffer » la masse présente… Résultat : des tympans assourdis par des joueurs faisant montre d’un débordement d’énergie, au point même où le maître de cérémonie, Showkutally Soodhun, et Pravind Jugnauth, excédés par le tapage, ont été contraints plus d’une fois de leur demander de… calmer leurs ardeurs ! En vain.
Par ailleurs, Pravind Jugnauth devait indiquer qu’outre le tracé reliant Curepipe à Port-Louis, en passant par Rose-Hill, le métro couvrira également « Ébène, Réduit, ensuite Côte-d’Or, pour aller vers la région est du pays », entre autres.


Dayal absent

Ayant défrayé la chronique il y a quelques jours, réclamant son retour comme ministre, l’ancien occupant du fauteuil de l’Environnement, Raj Dayal, qui a dû démissionner dans le sillage du scandale de “bal kouler”, était absent à Vacoas hier. Les langues ne se sont pas déliées et aucun des ministres et députés présents sur l’estrade n’a souhaité commenter ce détail…