Expliquant la démarche du Mouvement Socialiste Militant (MSM) quant au document sur le redécoupage des arrondissements urbains remis au président de la République, le leader du MSM Pravind Jugnauth a dit « non au ghetto communal et au morcellement de l’électorat urbain. »
« Nous avons contesté ce redécoupage des arrondissements selon l’article 9 de la Local Government Act 2011 et nous laissons le soin au président de prendre les mesures nécessaires », affirme M. Jugnauth. Selon lui, il n’y a pas eu de consultation « la plus large possible » avant cet exercice. « Cet exercice n’a pas été fait dans la transparence et les pratiques établies, dans l’impartialité, et en tenant compte des principes internationaux », dit-il. « Cet exercice a été fait de façon à favoriser le pouvoir en place. » Et de citer, comme exemple, le nouvel arrondissement N°1 de Port-Louis, qui comprend maintenant La Tour Koenig et Pointe aux Sables. « Cela nous donne pour résultat une concentration communale alors qu’auparavant cet arrondissement était mixte, avec d’autres endroits. » Pravind Jugnauth a également cité l’arrondissement N°5 dans cette même ville, qui regroupe Vallée Pitot et Plaine Verte, ainsi que les arrondissement 7 et 8. À Curepipe, relève-t-il encore, les cités Mangalkhan et Loiseau ont été regroupées. Le leader du MSM a également mentionné d’autres exemples dans les autres villes.
« Nous estimons qu’il y a eu viol de la démocratie et perversion de notre système électoral. C’est un exercice très dangereux pour la cohésion sociale dans le pays ». Pravind Jugnauth affirme que le Parti travailliste, « qui se vante continuellement d’être un parti rassembleur qui prône l’unité, fait exactement le contraire actuellement. »
Le ministre des Administrations régionales ayant dit que ce document a eu l’aval du conseil des ministres à l’époque où le MSM était au gouvernement, Pravind Jugnauth devait lui demander : « À quelle date ? » Il a fait ressortir qu’un redécoupage ne peut être un exercice partisan teinté de communalisme.
Le leader du MSM a également commenté le discours du Premier ministre à Grand-Bassin vendredi dernier, qu’il a qualifié de « déplacé, provocateur et divisionniste. » « Ankor enn fwa li finn fer sa vinn enn platform politik », a-t-il affirmé.
À une question de la presse sur les incidents survenus la semaine dernière à Quinze Cantons, le leader du MSM a répondu : « Si dimounes pe kont la lwa, zot bizin peye. » M. Jugnauth a, par ailleurs, annoncé qu’il parlera d’un nouveau scandale « mettant en cause un ministre » lors de sa conférence de presse de la semaine prochaine.