Le jeu de séduction entre le leader de l’opposition, Paul Bérenger et le Premier ministre, Navin Ramgoolam, au Parlement vendredi dernier lors des débats sur le Constitutional (Declaration of Community)(Transitional provision) Bill, n’aurait échappé pas aux parlementaires et encore moins à Pravind Jugnauth, leader du MSM. Ce dernier les aurait longuement observés puisqu’il a consacré une grande partie de sa conférence de presse, tenue hier matin au Sun Trust Building, à la « complicité » qu’auraient eue Paul Bérenger et Navin Ramgoolam à l’Assemblée nationale. Le leader du MSM a également commenté sur le flou planant sur la nomination des Best Losers, d’autant, a-t-il relevé que « dans son empressement » Navin Ramgoolam, « n’a pas décrit le mécanisme du Best Loser System selon la clause 4(2)b du projet de loi ». Le Premier ministre n’a pas explicité, a-t-il dit, les détails pour le calcul du Best Loser System.
Pour Pravind Jugnauth, leader du MSM, s’agissant de la relation entre le leader de l’opposition et le Premier ministre — après l’énième coup de colère de Paul Bérenger à l’égard de Navin Ramgoolam pendant la période des tractations —, les choses sont on ne peut plus claires. Les prises de position de Paul Bérenger, dans l’hémicycle vendredi dernier, ont selon Pravind Jugnauth, démontré que celui-ci a rangé son rôle de leader de l’opposition. Notamment quand Paul Bérenger et non le Premier ministre: comme cela aurait dû être le cas, a fait un point of order contre lui et Xavier-Luc Duval, leader du PMSD, au moment où il intervenait sur l’Electoral Suprevisory Commission et le BLS. Pravind Jugnauth s’est dit étonner que le « Premier ministre, mover of the bill, était alors resté silencieux ». Et de déplorer: « Les agissements de Paul Bérenger au Parlement étaient choquants. » Pravind Jugnauth a aussi relevé les nombreuses fois où Paul Bérenger revendiquait l’idée du Constitutional (Declaration of Community)(Transitional provision) Bill. Entre-temps, le Premier ministre, notait-il, « encaissait » et « souriait » sans broncher. Et de poursuivre: « Paul Bérenger a abdiqué ses responsabilités. Il n’assume plus son rôle de leader de l’opposition. Il empêche même le MSM et le PMSD de jouer leur rôle dans le camp de l’opposition! Paul Bérenger a déjà mis un pied au gouvernement! Li pena drwa moral res leader  lopozision. Si li ena respe pou demokrasi li bizin demisione. Li anvi marie, al marie. Me li pa kapav al marie ek res selibater ala fwa (…) Lundi à la reprise des débats, il y aura la possibilité de poser des questions parlementaires. J’attends des PNQ du leader de l’opposition. Pa kestion lor korbo dan Port-Louis! C’est Bérenger qui s’interrogeait sur la déclaration des avoirs du Premier ministre. Qu’il pose des questions sur sa Rolls Royce et aussi sur le bâtiment de la SICOM! »
Best Loser et calcul
Pravind Jugnauth est revenu sur les informations qu’il auraient recueillies à l’effet que le Best Loser System aurait déjà été calculé. « Eski enn kalkil inn fini fer, eski dan sa kalkil la pa pe deza tenir an kont rezilta prosen  eleksion zeneral? eski alor ki dan nou konstitision ena kat appropriate community ki definir eski pou prosenn eleksion pou ena Best Loser depi de appropriate communities? eski pou ena de lezot kominote ki pou ekslir pou nominasion Best Loser? », s’est-il demandé, hier. Et de continuer: « Si tel est le cas, peut-on venir avec une telle loi. Sinon nous irons à l’encontre de la section 3 du 1st schedule de notre Constitution, laquelle défini les 4 appropriate communities: hindou, musulman, sino-mauricien et population générale. » Pravind Jugnauth a souligné que si on enlève le droit constitutionnel à deux appropriate communities pour être Best Losers, deux autres communautés seront, indéniablement, sacrifiées. Pravind Jugnauth dit souhaiter des éclaircissements de Satish Faugoo sur ce point. Pour le leader du MSM, « Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont concocté cela (le calcul) en toute complicité. » D’ailleurs, le leader du parti soleil, s’est interrogé sur la sincérité de Paul Bérenger dans son discours sur le mini-amendement. « Li koz gran gran koze kont kominalis. Li dir ki se enn big step, selman dan so konferans de pres li dir ki tou mam MMM y konpri li pou deklar so kominote! », a déclaré Pravind Jugnauth. Ce dernier a réitéré la position de son parti à ce sujet et s’est dit pour le respect du droit fondamental des candidats pour déclarer ou pas leur appartenance ethnique. Contrairement au MMM, le MSM, a-t-il laissé entendre, ne change pas de langage sur le principe de l’amendement de la loi. Il s’est dit aussi surpris que Navin Ramgoolam n’a pas révélé s’il déclarera sa communauté ou pas. Et encore moins, la ligne du parti.
Pravind Jugnauth a présenté six nouveaux adhérents: Sharmila Seetulsingh Goorah, Davina Gooriah, Jacques Murvyn Calambi, Acktar Sadul, Hariduth Chand Ramgoolam et Rishinand Bhoobun, au MSM, à la presse.