Le gouvernement ne cédera pas face à la grève de la faim des femmes cleaners, soutient Etienne Sinatambou, le porte-parole du gouvernement. « C’est totalement faux de faire croire que ces femmes travaillent pour un salaire de Rs 1 500. Certaines d’entre elles touchent Rs 10 000 par mois. Aucune des 333 cleaners ne touche Rs 1 500 par mois. Elles perçoivent au minimum Rs 3 000 et travaillent à temps partiel : soit deux heures par jour », a-t-il soutenu lors de la conférence de presse hebdomadaire du MSM samedi dernier.
 
Pour Etienne Sinatambou, il est clair qu’on ne peut imputer au gouvernement la responsabilité de la situation des cleaners. Le gouvernement, souligne-t-il, a déjà mis en place la Negative Income Tax. « C’est injuste de faire croire que le gouvernement pe fer dominer. Sinon gouvernement ti pou bizin anploy tout dimounn ki pas satisfait are zot salaire. » Etienne Sinatambou a été catégorique sur un point : « C’est la loi qui fixe les salaires. Si une personne travaille juste deux heures par jour, c’est normal qu’elle ait une paye de Rs 1 500. Le salaire des cleaners est géré par les Cleaning Enterprises Remuneration Regulations 2013 et un système salarial a été mis en place par le National Remuneration Board pour le salaire minimal d’un employé. Cette tâche ne revient pas au gouvernement. »
Le porte-parole du gouvernement soutient qu’aucune des femmes grévistes ne touche un salaire de seulement Rs 1 500. « Elles ne travaillent pas full-time, juste deux heures par jour ». Il ajoute qu’une des grévistes travaille une à deux heures par jour et gagne Rs 3 000 et qu’en travaillant trois part-time, cela lui fait une rondelette somme de Rs 10 000. « Le gouvernement n’est pas sans coeur, il a introduit la Negative Income Tax pour ceux au bas de l’échelle. Tou dimounn ki ena problem fer grève de la faim ou dire bizin anploy mwa. Je lance un appel pour que ces personnes arrêtent leur grève car le gouvernement ne va pas céder. Il est totalement injuste de fer croire ki gouvernement pe fer dominer. »
Commentant l’élection partielle au N° 18, Etienne Sinatambou a soutenu que l’opposition est en train de s’entre-tuer. Évoquant les commentaires de Xavier-Luc Duval sur la campagne du MMM, il dira que ce dernier a eu raison de dire aux gens de ne pas écouter les pronostics de Paul Bérenger. « Bérenger rode élections générales chaque coup, li finn perdi sept élections. C’est une démagogie de l’opposition qui veut faire croire que le gouvernement s’affaiblit. Nou bizin rappelle à la presse que le gouvernement ena plis ki 65 % des sièges à l’assemblée alors ki Bérenger ena moins ki 9 % des sièges. On a expliqué depuis belle lurette que le gouvernement va aller au bout de son mandat qui lui a été confié. » Si l’alliance MSM/ML n’a désigné aucun candidat pour la partielle prévue le 17 décembre, la raison, dit Etienne Sinatambou, est que le gouvernement a plus de 65 % des sièges au Parlement. « Kifer nou pou met enn kandida. »
Pour la rentrée parlementaire ce mardi, le gouvernement attend l’opposition de pied ferme, ajoute Etienne Sinatambou. « Le Parlement est un travail d’intérêt national et c’est important que les choses se passent dans la discipline. »