Lors de sa conférence de presse, hier, Pravind Jugnauth, le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM), a demandé au Premier ministre, Navin Ramgoolam, « de dire la vérité » sur des contrats, au Mauritius Duty Free Paradise (MDFP), de Rs 101 M et Rs  800 M qui auraient été alloués à ses proches, après ses instructions.
A moins de deux jours de la rentrée parlementaire, le MSM se sent d’attaque pour jouer pleinement son nouveau rôle au sein de l’opposition. Les membres du gouvernement, prévient le leader du MSM, Pravind Jugnauth, « pou trouv zékler » avec cette opposition renforcée et déterminée. Animant la conférence de presse de son parti au Sun Trust Building, hier, Pravind Jugnauth laissait comprendre que la tâche de ses adversaires, dans l’hémicycle, ne sera pas facile. Il leur faudra compter dit-il, avec une opposition: MSM/MMM, qui peaufine et coordonne sa stratégie pour ne rien laisser passer au Parlement. C’est d’ailleurs, à la droite du leader de l’opposition, Paul Bérenger, que les Parlementaires du parti soleil, siègeront dès mardi prochain. « Nou inn fini fer sitting arrangement », dit Pravind Jugnauth en expliquant que son parti « dan enn attacking mood ». Et c’est justement dans cet état d’esprit, que Pravind Jugnauth a décidé de poursuivre ses dénonciations. Après la State Trading Coorporation,  le leader du MSM a sorti des dossiers noirs concernant le Mauritius Duty Free Paradise (MDFP). Ne cachant pas sa déception sur l’indifférence du Premier ministre, Navin Ramgoolam, après ses dénonciations sur le « hedging » de la STC, Pravind Jugnauth souhaite que cette fois-ci, celui-ci réagisse autrement après ses révélations sur le MDFP. D’autant que selon le leader du MSM ce sont les « dimoun » de Navin Ramgoolam qui sont impliqués dans les contrats impliqués.  Il affirme aussi, qu’à l’époque où il était ministre des Finances, le conseil d’administration siégeait en l’absence de son représentant. « On m’informait que le board recevait des instructions directement du Premier ministre, alors que le MDFP était sous ma responsabilité! » déclare Pravind Jugnauth.
14 maldonnes au MDFP
En dévoilant ce qu’il aurait découvert au MDFP  alors qu’il était encore ministre des Finances, Pravind Jugnauth a expliqué qu’il avait « été voir le Premier ministre  pour lui expliquer les problèmes et l’urgence de la situation.  » Mais, selon Pravind Jugnauth, Navin Ramgoolam lui aurait demander de ne pas s’en mêler. « Li dir mwa so bann dimoun sa, les zot. » En février dernier, avance-t-il, il aurait été « vérifié le stock de Fashion. » « Monn tann dir ki sa stok la byen for.  » Pendant la saison basse, dit-il, la vente tourne autour de Rs 7 M mensuellement, contre Rs 15 M durant les peak seasons. « Mé bann malin inn fer asté stok pou Rs 103 M, ladan Rs 101 M fourni par konpayni gardien kanpman ek la siren. Tou dimoun koné ki sann la », affirme Pravind Jugnauth. Accusant explicitement Navin Ramgoolam de trafic d’influence, l’ex-ministre des Finances a mis celui-ci au défi de répondre sur un contrat de Rs 800M, qu’il aurait fait alloué à une compagnie gérée par ses proches au détriment d’un fournisseur allemand. « Mo atann lavérité dé Premié miniss, ki li réponn. » Pravind Jugnauth, devait aussi dénoncer l’allocation du contrat de sécurité à une compagnie au détriment d’une autre, et ce « apré ki management inn donn fos kotasyon board. » Il explique aussi que certains membres du personnel au MDFP ont été recrutés sans que les procédures  n’aient été respectées. D’ailleurs, la nomination du Human Resource Manager, Veeren Coomaren, selon lui est contestable dans la mesure où ce poste devait faire l’objet d’une publication. S’agissant de ce dernier, Pravind Jugnauth affirme qu’il aurait agi avec la complicité de l’ex- CEO, Shakeel Dyall pour modifier la clause 16 de son contrat sans l’aval du conseil d’administration. Pravind Jugnauth dit se poser des question sur le coût: Rs 1 M, de l’embellissement du rond-point de Plaine-Magnien financé par le MDFP. Il dit aussi ne pas comprendre comment le MDFP a pu, lors d’une réception qu’il a organisé, servir150 litres de whisky Gold Label à ses 300 invités. 
Pravind Jugnauth, explique qu’il a été choqué par ce qu’il a appris pendant que  la compagnie d’experts-comptables, KPMG, effectué un audit sur le stock du MDFP, durant la période où de son côté l’ADSU menait une enquête sur la contrebande de produits impliquant le président du conseil d’administration de l’époque, Joy Beeharry. « Je n’aurais jamais pensé qu’il y aurait autant de maldonnes au Mauritius Duty Free Paradise. J’ai appris qu’il n’y avait aucune documentation sur les produits duty free achetés. Prodwi rantré sorti… Pou fasilit swingling bann prodwi stoké, rapor KPMG ki dir, ti pé gard zot dan biro Veeren Coomaren », affirme Pravind Jugnauth.  Ce dernier, qui a auparavant  réitéré sa méfiance en l’Independant Commission Against Corruption: « mo péna enn sou konfians dan l’ICAC vréman li get figir », a expliqué que sa liste de maldonnes au MDFP est longue de 14 cas flagrants.