Le leader du Mouvement socialiste militant a évoqué hier la démission de SAJ du Réduit. Pravind Jugnauth a également parlé du redécoupage des circonscriptions et de la situation du pays. Le leader du MSM a déclaré que l’ancien président de la République sera le leader de l’alliance mais que les leaders des deux partis resteront les mêmes.
« Enn nouvo soley pou amenn boner dan leker sak Morisien. » C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth à la conférence de presse hebdomadaire du MSM hier au Sun Trust. Les regards étaient déjà tournés vers sir Anerood Jugnauth après la déclaration samedi dernier du leader du parti selon laquelle il y aura un « invité de marque au rassemblement du 1er mai à Port-Louis ».
Commentant la démission de SAJ en sa qualité de président, Pravind Jugnauth a soutenu que « linn demisyone pou mett li a kote lepep ». Selon lui, l’ancien président est très déterminé et a à coeur l’intérêt du pays contrairement, dit-il, au Premier ministre Navin Ramgoolam. « Lintere pei pa so priorite sa », a-t-il affirmé en parlant du chef du gouvernement. Il a soutenu que l’ancien occupant du Réduit a laissé son poste, son confort et ses privilèges présidentiels pour répondre à « l’appel de détresse de la population » et « face à un gouvernement qui se dirige vers un précipice ». « Lepep abitie apel li Rambo… Parski zot kone kouma li ti pe konbat la drog, krim ek lamiser ! », a-t-il ajouté en disant que SAJ est « le père du développement économique de Maurice ».
Les démissions ont déjà commencé, dit-il, dans les rangs du Parti travailliste (Ptr). Rashid Meerun, ancien ambassadeur au Pakistan et candidat rouge des élections générales dans la circonscription N°3, a déjà démissionné ainsi que le conseiller Eshan Jummun de la mairie de Port-Louis et le vice-président du conseil de district de Rivière-Noire Mohamed Noorani Aurdally. Ils seraient, selon le leader du MSM, « dégoûtés de l’incompétence et l’arrogance » du chef du gouvernement. Pravind Jugnauth affirme que dans les jours à venir « l’hémorragie » va de plus en plus gagner les rangs du Ptr. « Plusieurs membres du Ptr sont en contact avec nous. »
Par ailleurs, Pravind Jugnauth est d’avis qu’un « chaos » règne à la municipalité de Port-Louis et ajoute que la situation est pire à Beau-Bassin/Rose-Hill. Il a alors enchaîné sur le redécoupage des circonscriptions qui a été fait sans consultation. « Li domaz ek li trist ki sou instriksyon politik bann lemer pann zwenn présidan de la Repiblik », a soutenu le leader du MSM. Et d’affirmer que le ministre Hervé Aimée n’a pas respecté son serment en n’allant pas voir le chef de l’État. L’ancien ministre des Finances soutient que « nou pou reget la lwa lor redekoupaz-la ek met enn institisyon indepandan fer li kan nou pou o pouvwar ». Et d’ajouter que « fode krwar Aimée pa kapav defann so prop dosye pou li pa vini ! »
À l’heure des questions, Pravind Jugnauth a affirmé que l’accord prévoit que SAJ sera le leader de l’alliance mais que Paul Bérenger restera le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) et que lui restera à la tête de son parti. « Li pou celui ki nou pou prezant kouma fitir Premie minis », a-t-il déclaré.
Pravind Jugnauth, précisant qu’il n’est pas rancunier, ne veut toutefois pas répondre aux questions sur un éventuel rapprochement avec Ashock Jugnauth. A une question de la presse au leader du MSM à l’effet que la MBC ne sera pas « qu’un outil de propagande pour le gouvernement » sous le règne du MSM/MMM, Pravind Jugnauth devait répondre que l’information doit être équilibrée et que la station nationale aura une certaine liberté.