« Le bilan de 2013 est très triste pour le pays. Il est accablant », estime le leader du MSM, Pravind Jugnauth, qui animait ce matin au Sun Trust la dernière conférence de presse du parti de l’année. Citant plusieurs dossiers relatifs à l’économie, le Law & Order, la pauvreté et la politique, il fait ressortir que « le bilan 2013 est noir »
Faisant une rétrospective des événements ayant touché le pays depuis le depuis de l’année, notamment les divers « scandales », Pravind Jugnauth dresse un sombre tableau de la situation dans le pays. L’année 2013 aura été marquée, dit-il, par les « complots et persécutions contre tous ceux, incluant les politiciens, qui n’épousent pas la même ambition que le gouvernement ».
Le leader du MSM évoque ainsi plusieurs affaires, notamment celle du MITD dont il a lui-même été « victime ». Mais aussi l’affaire Varma – « dans laquelle Mario Jeannot est devenu l’accusé » –, le « scandale Sarako », le « scandale de l’Airway Coffee », le « scandale de la nouvelle carte d’identité biométrique », le Ponzi Scheme, le Gambling Gate… « Et la liste est longue », estime Pravind Jugnauth, poursuivant qu’un « regard sur l’ensemble de 2013 démontre que la situation est accablante » dans le pays. Pravind Jugnauth revient aussi sur l’appauvrissement qui, dit-il, « gagne davantage de terrain », évoquant « la hausse du taux de chômage » et les « problèmes de Law & Order ». Le leader du MSM est également revenu sur les inondations meurtrières du 30 mars dernier, relevant les « preuves de négligences et d’irresponsabilité des autorités » à ce propos. Et de poursuivre, dans le même souffle, avec l’accident de Sorèze, qui a fait dix morts.
Sur le plan judiciaire, le leader orange estime que les enquêtes « piétinent ». Sauf, selon lui, lorsqu’elles visent des membres de l’opposition, « persécutée » d’après lui. « Nous avons démarré 2013 par un complot contre moi. Et nous terminons l’année par un complot contre mon avocat, Roshi Badain », lance Pravind Jugnauth. Et d’assurer son soutien « à 100% » à son homme de loi.
Sur le plan politique, le MSM note que le camp gouvernemental est « en perte de vitesse ». Au niveau du gouvernement, « on retrouve une équipe disparate, sans vision et sans cohésion », dit-il, ajoutant : « Le malaise qui existe dans le gouvernement n’est un secret pour personne. Il est clair qu’aujourd’hui, il est discrédité. » Certains ministres et députés, affirme-t-il, seraient d’ailleurs  en train de « défier leur chef ».
Abordant la relance du football par l’entremise d’une ligue semi-professionnelle portant sur le retour des clubs d’antan, Pravind Jugnauth dénonce « la stratégie communale du gouvernement en marge des prochaines élections ». Des élections qui, affirme-t-il, « surviendront en 2014 » et pour lesquelles le MSM se dit préparé aux côtés du MMM. Pravind Jugnauth profite de l’occasion pour souligner sa satisfaction de l’entente qui règne au sein du Remake 2000, assurant que « les relations se consolident de jour en jour » entre les deux partis. Et de remercier dans le même souffle le leader du MMM pour son soutien, notamment pour sa présence aux Casernes centrales en début d’année lors de son interrogatoire. Il a eu également une « pensée spéciale » pour sir Anerood Jugnauth, dont il admire la « ténacité » et la « détermination ».
« 2014, dit-il, sera une année décisive et sera la dernière ligne droite avant les élections générales. » Et de conclure en remettant ses voeux à la population.