Le leader du Mouvement Socialiste Militant s’est demandé lors de sa conférence de presse hebdomadaire hier après-midi si Navin Ramgoolam parviendra à conserver sa majorité jusqu’au 16 avril. Interrogé par Le Mauricien quant au fait que perdre des députés peut aussi arriver à l’opposition, Pravind Jugnauth a répondu : « Mo trouve ki li kapav vinn en mazorite ». Il a aussi soutenu que l’Independent Commission Against Corruption « finn perdi so kredibilite ».
Pravind Jugnauth est d’avis que le cauchemar de Navin Ramgoolam ira en s’accentuant dans les jours à venir avec certains développements majeurs au niveau politique, sans pour autant préciser leur nature. « Zot dir zot for, bé donn eleksyon, lerla nou va gueter. Ki pou arivé kan remake 2000 konkretizé ? » se demande le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM). Il n’a pas marqué de préciser que le « remake » est en très bonne voie.
Le leader du MSM est aussi d’avis que c’est la panique au sein du gouvernement. « C’est kan li tann lopozision pe koz possibilite depoz enn mosyon de sansir kont li », mardi, que le Premier ministre a décidé de proroger le parlement, soutient-il. « Ce gouvernement est vulnérable et instable », ajoute Pravind Jugnauth en évoquant « les promesses faites à certaines personnes et certains engagements de Navin Ramgoolam ». « C’est un signe de fin de règne lorsque des gens au Prime Minister’s Office commencent à donner des infos à l’opposition et lorsque des ministres et députés racontent ce qui se passe au sein de la majorité. »
Pravind Jugnauth a également critiqué la décision du Premier ministre de présenter un nouveau discours-programme le 16 avril. Il aurait été plus facile pour le PM, avance le leader du MSM, de rendre le pouvoir au peuple et de le laisser juger s’il veut du discours-programme du Ptr-PMSD.
« Le programme de l’Alliance de l’Avenir a cessé d’exister depuis juillet 2011. Ki fer li pa ti fer enn nouvo program sa ler la ? Il parle de crise économique et de réforme électorale comme des priorités de son nouveau discours-programme. Li pe kre enn lot kriz ekonomik aster ? » dit M. Jugnauth.
Il estime aussi que le Premier ministre n’ira pas de l’avant avec une telle réforme, et que s’il entrevoit quand même une possibilité de la faire, il ne la fera pas dans l’intérêt du pays mais pour satisfaire son intérêt personnel. « Nou pe trouv so sinema depi lane dernyer. »
Le leader du MSM accuse par ailleurs l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) d’être « devenue une arme politique dans les mains de Navin Ramgoolam ». « L’ICAC fait la leçon aux autres mais va elle-même à l’encontre de l’Employees Rights Act (ERA) », affirme-t-il en parlant de certains recrutements. Il réclame une enquête menée par un sitting judge pour faire la lumière sur l’exercice de recrutement dans le cas qu’il a mentionné.
À une question du Mauricien sur la forte présence des dirigeants et membres du MSM à la garden party du président de la République sir Anerood Jugnauth mardi, le leader du parti a répondu : « Nou en fors pa zis dan zardin me osi lor terin. Nous animons beaucoup de réunions dans les 20 circonscriptions du pays. Nous savons que la population en a marre de ce gouvernement. »