Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, dit avoir eu confirmation d’une ingérence politique à la Corporation nationale de Transport (CNT), la poussant dans une situation chaotique. C’était lors d’une conférence de presse tenue samedi dernier à Port-Louis. Il réclame ainsi une commission d’enquête sur la CNT et la démission du ministre de tutelle, Anil Bachoo.
Pravind Jugnauth dit avoir, à maintes reprises, déclaré que l’état actuel de la situation à la CNT est le résultat des ingérences politiques depuis 2005. « Les maldonnes ont été cautionnées par le ministère des Infrastructures publiques. Toutes les preuves se trouvent dans un rapport rédigé par Robin Soonarane, le General Manager, avec la contribution des techniciens et ingénieurs », déclare-t-il. M. Jugnauth se dit révolté par l’attitude du ministre Anil Bachoo qui, lors d’une interpellation au Parlement, avait déclaré qu’il ne prenait pas ce rapport en considération. Ce rapport, ajoute-t-il, est particulièrement accablant contre le gouvernement et le ministre de tutelle.
S’agissant de l’achat de 100 autobus, rappelle le leader du MSM, l’appel d’offres a été lancé en mai 2005 sous le gouvernement MSM/MMM. « La CNT finalise le document avec le Central Tender Board, lance l’appel d’offres le 29 juin 2005. Après avoir reçu les offres, le CTB, le 31 août, invite la CNT et la presse pour l’ouverture des enveloppes cachetées fixée au 6 septembre. Entretemps, il y a eu les élections générales et un nouveau gouvernement est à la barre. Toutes les offres sont là et le gouvernement de Navin Ramgoolam décide de ne pas poursuivre cet exercice. À l’Assemblée nationale, lors des interpellations, enan goalkeeper pou sertin minis », soutient-il, avant d’inviter Anil Bachoo à donner des explications sur ce que sont devenues les offres déjà soumises en mai 2005.
Selon Pravind Jugnauth, le gouvernement a arrêté un processus déjà enclenché pour lancer à nouveau des appels d’offres pour l’achat des 100 autobus. « L’annulation du premier exercice a été faite sans aucune justification. Le 15 décembre 2005, à l’ouverture du Tender Box, il n’y a eu que deux soumissionnaires : Associated Commercial Company Ltd (ACCL) et Ashok Leyland Ltd. À l’heure des évaluations des offres, l’ACCL écrit à la CNT le 24 mars 2006 pour l’informer d’importants changements sur son offre initiale. C’est du jamais vu ! J’attends qu’Anil Bachoo vienne donner la réplique à tout ce que je dis actuellement ».
L’ancien président de la CNT Ashwin Dookun est « un pur-sang travailliste » qui « dit la vérité » mais il a été révoqué, poursuit M. Jugnauth. « Après le rapport de Robin Soonarane, Bachoo doit partir. Aussi, une commission d’enquête sur la CNT est primordiale. Il y a eu trop d’irresponsabilités. On ne peut laisser cette situation chaotique perdurer ».
Pravind Jugnauth a également commenté l’amendement proposé au Criminal Appeal (Amendment) Bill pour la séance de demain à l’Assemblée nationale, le Varmagate, la démission de Maurice Allet à la tête de la Mauritius Ports Authority (MPA), le récent rapport de l’Audit et la réforme électorale.