Le leader du Mouvement socialiste militant s’est demandé samedi qui le gouvernement veut protéger quand il a pris la décision de ne pas instituer de commission d’enquête sur le trafic de drogue. Plusieurs points ont été exposés notamment sur les scandales Boskalis et Bois de rose. Pravind Jugnauth a également parlé de l’augmentation de certaines denrées alimentaires entre autres.
« La société est malade », a déclaré le leader du Mouvement socialiste militant (MSM). Pravind Jugnauth s’est penché sur plusieurs points samedi lors de la conférence de presse hebdomadaire de son parti. L’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances se demande qui est-ce que le gouvernement veut protéger en n’instituant pas de commission d’enquête sur le trafic de drogue. « Navin Ramgoolam pa trouv sa inportan li », a-t-il déclaré en ajoutant que « nou nou ena zanfan nou kone ki ete sa ». Selon lui, le Premier ministre, au lieu de protéger les jeunes contre fléau, « se sert de la police pour oppresser l’opposition ».
Pravind Jugnauth se pose beaucoup de questions sur la distribution d’eau potable. D’après lui, la situation dans nos réservoirs est revenue à la normale mais les heures de distribution d’eau dans certaines régions restent limitées comme avant. Il a également commenté la hausse des prix du pain et du sucre. Selon le leader du parti soleil, le pays est assis sur un « volcan social » qui peut à tout moment exploser. Il estime, par ailleurs, que le Premier ministre passe trop de temps à l’étranger ; « et en plus, il prolonge ses voyages. »
Selon le constat de Pravind Jugnauth « le pays s’appauvrit ». Les ménages s’endettent et le chômage monte en flèche créant, dit-il, une « tension sociale ». Il a passé en revue les crimes « atroces » de la semaine écoulée. « Cette baisse du Law and Order est le signe d’une société malade », a déclaré le leader du MSM. « Selon une étude, deux tiers de la population affirment que leur situation financière s’est détériorée comparé à l’année dernière… Et c’est énorme », a-t-il dit. Et d’évoquer des guerres de gangs à Curepipe et le fort taux de suicide, principalement chez les jeunes. « Le gouvernement fait la sourde oreille ! », affirme-t-il dans ce contexte.
Pravind Jugnauth a évoqué des scandales qui surgissent semaine après semaine. S’agissant de l’affaire Boskalis, le leader du parti soleil a déclaré que le PM s’est « ridiculisé » en disant qu’après quatre ans d’enquête, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a découvert qu’elle n’avait pas juridiction pour enquêter sur des charges de aiding and abetting et de conspiracy. « Mo ti tann dir ki li enn avoka ek enn medsin lezis… Li bizin kone ki bokou ofans sorti depi koripsyon. Ek kouma eski dan bann ka presedan l’ICAC inn kapav ankete ? », se demande Pravind Jugnauth, en citant certains cas. L’ex-ministre des Finances se dit sceptique dans le cadre de l’enquête que le gouvernement mauricien a sollicité auprès de la Banque mondiale dans l’affaire Bois de rose. « C’est Interpol qui aurait dû être sollicité ! »
Le leader du MSM est intransigeant : « Grâce à Navin Ramgoolam l’Angleterre nous humilie sur le dossier Chagos ». « Après le désaveu de Sarkozy, le ministre d’État aux Affaires étrangères Lord Howell a déclaré que David Cameron n’a pris aucun engagement avec lui sur les Chagos », a-t-il ajouté.