« Je me suis toujours prononcé pour un remake de l’année 2000. Le bureau politique siégera le mercredi 21 décembre pour évoquer le remake de 2000. Certes, nous allons passer en revue la situation politique en général, mais le remake de 2000 sera le principal sujet. » Propos du leader du MSM, Pravind Jugnauth. Il répondait à une question de la presse, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, hier, à la mi-journée.
La conférence de presse du MSM a majoritairement été consacré aux scandales sous l’égide du gouvernement de Navin Ramgoolam. « Population ine temoin depi nu kampagne de vérité ki nu inn expose en public la maniere ki PTR pe operer, kot ena bann passe droits, kot pe protez bann ti copains ti copines ek maniere pe detourne l’argent public », déclare Pravind Jugnauth. Il a, plus loin, réitéré son manque de confiance en l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et le manque d’initiative de la Central Criminal Investigation Division (CCID) pour initier des enquêtes.
Pravind Jugnauth a tiré à boulets rouges sur plusieurs ministres, dont Sheila Bappoo, Michael Sik Yuen, Hervé Aimé et Rajesh Jeetah. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, n’a pas été épargné, non plus. Pravind Jugnauth est revenu à la charge contre le PM: « Enn veritab panique lor PM. Line déboussolé. Li pe pass du beurre ek Paul Berenger. Line rekonet ki dan MSM ena competans. Li pe reclame publikman presans Pratibha Bholah dan gouvernma. Faudrait déboussolé meme sa pou tenir sa genre discours-la. Le PTR en déclin. So zour compté. »
Répondant à une autre question de la presse, le leader du MSM affirme qu’il est d’avis que ce dernier agit en toute indépendance en donnant son assentiment au New Local Government Bill.
Pravind Jugnauth s’est également élevé contre le walk-out du PM le mardi 13 décembre lors des débats sur le Piracy and Maritime Violence Bill, au Parlement. Pour rappel, Navin Ramgoolam a quitté l’hémicycle au moment où le député du MMM, Veda Baloomoody, prenait la parole. « Un député a le droit de donner son avis sur un projet de loi. C’est une honte pour le PM d’être parti alors que son propre projet de loi était débattu« , ajouta Pravind Jugnauth.