Avec l’implication de l’ex-Attorney General Yatin Varma, de l’ex-PPS Reza Issack, du président de la Mauritius Ports Authority (MPA) et président du PMSD Maurice Allet et le fait que le DPM Rashid Beebeejaun a été mis au courant, voire “le rôle du Premier ministre”, le Vargamate est pour le MSM “un scandale qui ébranle le plus haut sommet du pouvoir.” S’appuyant sur cette nouvelle affaire qui défraie la chronique depuis le début de la semaine, le MSM tire à boulets rouges sur le gouvernement.
“Pour le PTr, députés, ministres, témoins, citoyens, tout le monde a un prix. Le PTr est maître en ce qu’il s’agit de faire du cover-up, d’acheter-payer, ou de faire pression en utilisant les institutions. Le PTr, c’est la machinerie du complot et de la magouille”, estime Nando Bodha. En l’absence du leader du MSM du pays, c’est le secrétaire général et Showkutally Soodhun, président du parti, qui ont animé la conférence de presse, hier au Sun Trust. D’emblée, Nando Bodha est revenu sur les épisodes qui ont marqué le Varmagate depuis l’accident entre l’ex-ministre de la Justice et Florent Jeannot le 4 mai dernier. De ce qui était un incident de Road Rage et d’assault, avec une victime, voilà comment un scandale de cover-up a foiré, dit Nando Bodha.
S’attardant sur les “mises en scène de Yatin Varma”, qui, dès le départ, a menti sur cette affaire en faisant croire qu’il s’était blessé à cause de cet accident, il rappelle qu’il a fallu — et c’est le plus effrayant dans un État de droit — que le Premier ministre donne la garantie qu’il n’y aura pas de représailles pour que les témoins se manifestent et attestent de ce qu’ils ont vu. Cependant, note le secrétaire général du MSM, lorsque Yatin Varma a compris qu’il y avait des preuves accablantes contre lui, il a engagé une autre méthode pour se tirer d’affaire. Selon lui, la méthode, celle de la carotte, démarre avec les négociations à partir du 19 juin par le président du PMSD, suivi ensuite par le PPS Reza Issack qui a pris le relais lorsque Maurice Allet a dû se rendre à l’étranger.
Interrogations sur les rôles de Beebeejaun et Ramgoolam
Dans toute cette affaire qui a éclaté au grand jour avec les révélations dans le journal Le Mauricien et reprise par les radios, le MSM s’interroge quant à la responsabilité du Premier ministre. “Au Parlement, Navin Ramgoolam a dit qu’il n’était pas au courant de ce qui se tramait. Mais lorsqu’on sait que le Premier ministre, avait à ses ordres le NSS, et son réseau d’informateurs, c’est difficile à croire qu’il n’était pas au courant”, dit Nando Bodha. Et de s’interroger également sur l’implication du Deputy Prime Minister, Rashid Beebeejaun. “Est-ce que le DPM mis au courant depuis le 12 juin et même dans une autre conversation avec Reza Issack le 13 juin, en a parlé au PM ?” demande le MSM, pour qui il est étonnant que le DPM, qui rencontre quotidiennement le PM, n’aurait pas parlé de cette affaire ne serait-ce qu’à travers un coup de téléphone à Navin Ramgoolam.
Pour le MSM, aujourd’hui, le Premier ministre tente de “tir so cannet dan zoué.” Avec des témoignages et des preuves si accablants, le PM n’a eu d’autre alternative que de demander à Yatin Varma de s’en aller à défaut de le révoquer comme il aurait dû le faire, note le MSM. Citant la réponse du PM au Parlement lundi, à l’effet que “now that the line has been crossed, the Attorney General connot stay in office”, Nando Bodha estime que “Navin Ramgoolam n’a compris que the line has been crossed qu’après les révélations dans la presse.” “Combien de ministres encore ont déjà crossed the line ? Mais qu’a fait le PM ?” demande-t-il.
Et de s’interroger également sur ce qu’il adviendra de Maurice Allet et du businessman dont le nom a été cité dans cette affaire, en l’occurrence pour remettre de l’argent aux Jeannot en Afrique du Sud. Le MSM souhaite que “lanket fer et fer kouma bizin” car “cette culture de l’argent, de magouille du PTr doit être dénoncée.” Et de faire ressortir que, “comme l’a dit le PM : nobody is above the law. Nou pou guetté ki pou fer avec DPM, sipa lanket CID, kouma pou zafer MedPoint, pou fer dans so bureau.”
Documents volés chez Pravind   Jugnauth : pas une coïncidence
L’autre volet de la conférence de presse du MSM a été consacré au climat de frayeur systématique dans le pays. Nando Bodha cite en exemple l’interrogation “under warning” des deux journalistes de Radio One où la CID a débarqué vendredi à la suite des fuites du rapport d’analyses de Yatin Varma à la clinique Darné. Il indique que l’avoué Girish Nunkoo a également reçu la visite de quatre officiers du CCID durant la semaine qui a réclamé un statement concernant l’affidavit qu’il a dressé avec sa cliente, l’ex-femme de Narain Chedumbrum.
“S’il y a des preuves qu’un affidavit est faux, la police peut demander un statement, mais il existe avant tout le secret professionnel entre un avocat et son client”, rappelle le secrétaire général du MSM. Le parti suivra cette affaire de près, prévient-il.
Dans la même lignée, il confie que le cambriolage qui a eu lieu chez Pravind Jugnauth “ne serait pas une coïncidence” au vu des événements des derniers jours. Ainsi, révèle-t-il, outre des effets personnels, plusieurs documents auraient été emportés au cours de ce vol. D’où les interrogations des membres du MSM. “Dans quel État vivons-nous ? Jusqu’où ira le pouvoir pour assurer sa survie ?” se demande Nando Bodha.
Commentant les propos du ministre Baichoo à l’égard des journalistes, le secrétaire général du MSM, exprimant sa solidarité avec la presse, estime que “cela explique dans quel état d’esprit sont ceux au pouvoir face à la critique.” Showkutally Soodhun trouve pour sa part “triste qu’un VPM ait insulté de la sorte, nos compatriotes, nos journalistes.” Avouant qu’il peut avoir des divergences concernant certains articles, cela n’est pas une raison pour dénigrer cette profession, dit-il, estimant “fascistes et racistes” les déclarations d’Anil Baichoo.
Pour Showkutally Soodhun, Anil Baichoo a suivi l’exemple fourni par Navin Ramgoolam au Parlement mardi. “Navin Ramgoolam ki finn demar sa kan linn insulté l’express dans Parlement. C’est lui le maître du mauvais exemple, mais Baichoo est allé plus loin, trop loin”, dit-il. Et de faire ressortir que la population n’oubliera pas elle “les manquements de Baichoo, son incompétence…” Selon lui, la police devrait ouvrir une enquête sur les différents contrats alloués par milliards par le ministère des Infrastructures publiques.
Le MSM se dit par ailleurs contre l’augmentation des redevances à la MBC et indique qu’il déposera, dès que la gouvernement notice sera publiée, une motion de disallowance. Par rapport à la participation de Maurice au prochain Sommet du Commonwealth qui se tiendra au Sri Lanka, Nando Bodha indique que le MSM, qui est “solidaire avec la communauté tamoule”, pense que Maurice peut y participer mais que le Premier ministre n’a pas à mener la délégation.