Alors que le Parti travailliste s’apprêtait à rallier ses jeunes à Pailles hier, le MSM lançait un appel à ces derniers et à la jeunesse mauricienne en général. “Zenes pena lavenir ar Parti travailliste Navin Ramgoolam !” Pravind Jugnauth, leader du MSM, qui animait la conférence de presse hebdomadaire de son parti au Sun Trust Building hier matin, n’a pas lésiné sur le temps et le ton — ironique — pour fustiger le Premier ministre et le congrès de l’aile jeune des rouges.
Selon Pravind Jugnauth, son adversaire est loin d’être un exemple pour les jeunes. “Il ne sait pas faire de la politique correctement”, estime-t-il. Interprétant les propos de Nita Deerpalsing, présidente de l’aile jeune du PTr, Pravind Jugnauth affirme que même cette dernière serait de cet avis. “Nita Deerpalsing a laissé entendre que le message qui sera délivré aux jeunes sera de les encourager à faire de la politique autrement. Cela ressemble à une claque à Navin Ramgoolam. Enn klak pou dir li : to pa pe fer politik korekteman !”
Pravind Jugnauth s’est dit dubitatif sur les messages du PTr à la jeunesse. Et c’est dans cette optique qu’il a invité les jeunes à poser dix questions au chef du gouvernement, notamment sur la promesse du développement de nouveaux secteurs, l’encouragement de la fuite des cerveaux, le chômage, la corruption, la fraude et le trafic d’influence, la culture de l’élitisme et du favoritisme.
Pravind Jugnauth demande aux jeunes de réfléchir sur l’éducation supérieure à Maurice avec Rajesh Jeetah à la tête de ce secteur. “Des scandales gangrènent ce secteur” où des universités poussent comme des champignons. Maurice, selon le leader du MSM, a perdu sa crédibilité en perdant sa place (29e initialement) dans les Top 100 universités africaines. L’International Colleges and Universities, dit-il, a classé l’université de Maurice à la 97e place.
Pour le leader du parti soleil, les jeunes devraient s’interroger sur leur liberté d’expression et d’opinion sous le gouvernement PTr, “avec un Premier ministre qui agit comme un tyran.” Pravind Jugnauth estime que l’intervention de Robin Sharma à Pailles, hier, ressemblait plus à un show “où des millions de roupies ont été dépensées” pour le guru international.
Commentant l’augmentation du prix du ticket d’autobus par 12%, Pravind Jugnauth a insisté sur la “l’irresponsabilité et l’incompétence du gouvernement.” Précisément du ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, et du Premier ministre. Ce sont, dit-il, les usagers du transport publique qui payeront l’augmentation salariale des employés de ce secteur. “Leur incompétence et les magouilles ont conduit la CNT vers le déficit.” Le leader du MSM a comparé la situation actuelle à celle du hedging à Air Mauritius “où c’est le peuple qui a eu à débourser Rs 5,4 milliards” et de rappeler que la CNT a subi des pertes de Rs 140 M en cinq ans.
Pravind Jugnauth, qui a fait part de son incompréhension sur “l’énième déplacement de Navin Ramgoolam à Paris et à Londres”, non sans émettre des commentaires piquants, a qualifié le Premier ministre de “grand rancunier.” Faisant référence à la position du juge Eddy Balancy sur le Criminal Appeal (Amendment) Bill, Pravind Jugnauth est d’avis que Navin Ramgoolam a fait une sortie contre le premier nommé par vengeance. “Cela remonte au gagging order contre la presse, à la demande de Nandanee Soornack. Navin Ramgoolam a eu là une occasion de se venger en s’attaquant au juge Balancy. Navin Ramgoolam est notre Berlusconi national. Il finira comme lui !” Par ailleurs, le leader du MSM a aussi déploré le silence du Bar Council sur le Criminal Appeal (Amendment) Bill.
Le MSM a aussi critiqué la politique du ministre Suren Dayal en matière d’éradication de la pauvreté. Le ministre de l’Intégration sociale ferait, selon lui, preuve de nonchalance à l’égard de ce dossier et ne maîtrise pas les statistiques quantifiant les familles vivant en dessous du seuil de la pauvreté. Par ailleurs, selon Pravind Jugnauth, le parlementaire Mahen Jugroo, dont la pharmacie a fait l’objet de perquisition policière, a été victime de son courage et de sa capacité à affronter Navin Ramgoolam dans l’hémicycle.
Répondant à une question de la presse sur la mise en demeure que lui a servie Narain Chedumbrum, enseignant impliqué dans l’affaire de pédophilie alléguée à la MITD, le leader du MSM a mis celui-ci en garde. “Nous irons en cour devant un juge indépendant. Ce sera une occasion de cross-examine Narain Chedumbrum. Li pou bizin reponn “ Et de maintenir : “Je le dirai encore, nous avons affaire à un gouvernement qui protège des suspects pédophiles. Je parlerai de cette affaire dix fois plus encore. Qu’on compte sur moi pour cela !”