Lors d’une conférence de presse samedi, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le Citizen Support Portal, lancé il y a six mois pour répondre à des doléances, a récolté 19 768 plaintes et en a résolu 13 114. Etienne Sinatambou est aussi revenu sur le salaire minimal et sur les « écarts » de l’opposition à l’Assemblée nationale.
« Quand une personne avait un problème, elle se confiait à la radio. Aujourd’hui, il y a aussi le Citizen Support Portal, un forum où les Mauriciens peuvent s’exprimer librement. Plus de 65% des doléances ont été résolues », a affirmé Etienne Sinatambou. En six mois, dit-il, le Citizen Support Portal a résolu 13 114 plaintes sur les 19 768 enregistrées.
Poursuivant, le porte-parole du gouvernement a informé que le National Wage Consultative Council a recommandé une somme de Rs 8 500 comme salaire minimal. « Nous sommes le seul pays en développement ayant introduit le salaire minimal », a déclaré Etienne Sinatambou. Il souhaite que le salaire minimal « améliore les revenus » de plus de 100 000 personnes. « Selon nos estimations, il y a plus de 100 000 personnes qui travaillent à plein-temps et 10 000 autres à mi-temps. Réduire le salaire minimal, c’est réduire le “gender pay gap”. En 50 ans d’indépendance, le Premier ministre est en train d’améliorer concrètement la vie des Mauriciens. » 
Le porte-parole du gouvernement est aussi revenu sur la “Negative Income Tax”. Cette mesure, selon Etienne Sinatambou, permet à un employé ayant un salaire de base de Rs 9 900 d’être éligible à l’impôt négatif sur le revenu. « Ces personnes auront le soutien financier voulu. Ceux qui perçoivent un salaire de base de moins de Rs 9 900 et des allocations qui ne dépassent pas les Rs 20 000 seront éligibles à la prime à l’emploi. » Il précise que la “Negative Income Tax” soulagera financièrement 150 000 personnes. « La justice sociale est un intérêt primordial pour le gouvernement. Les gens qui travaillent à plein-temps et qui touchent que Rs 9 900 ont droit à ce soutien. »
Etienne Sinatambou est aussi revenu sur le « comportement » de Rajesh Bhagwan et Adil Ameer Meeah à l’Assemblée nationale. « À 14 reprises », relève-t-il, la Speaker, Maya Hanoomanjee, a rappelé à l’ordre Rajesh Bhagwan. « Nous dénonçons la malhonnêteté de l’opposition. Le comportement de Rajesh Bhagwan est indigne d’un parlementaire. L’Assemblée nationale est bâtie sur trois piliers : “decorum, dignity and discipline”. Or, toutes les semaines, l’opposition manque de décorum envers la Speaker. Le règlement est clair : quand un Speaker se met debout, vous devez vous asseoir. Duval, lui, a fait le contraire. Le gouvernement n’a pas le temps de “koz-koze”. Zot fer demagozi alors que le gouvernement a un travail à accomplir. » 
Commentant la partielle au No 18, Etienne Sinatambou observe qu’il « y a peu d’engouement pour les rassemblements » et qu’il « y aura beaucoup d’abstention ». Il ajoute : « N’oublions pas que le MMM a perdu pour sept années consécutives les élections. »