Le MSM a rencontré la presse ce matin pour commenter les réponses du gouvernement ces deux dernières semaines lors des PQs et PNQs. Pour son leader, « c’est un gouvernement, surtout un Premier ministre, paniqué, déboussolé et très perturbé par l’affaire Ramdanee qu’on a vu. Il est complètement acculé ». Pravind Jugnauth a commenté plusieurs dossiers, dont le cas de Rehana Ameer, l’affaire Ramdanee et l’affaire TLC. Il s’est par ailleurs réjoui que la députée de Moka / St-Pierre Leela Devi Dookun-Luchmun ait quitté l’hôpital tout en continuant à recevoir des traitements médicaux.« Incompétence, incapacité à répondre aux questions concernant leur ministère ». C’est ainsi que le leader du parti Soleil a qualifié la performance des ministres de l’Alliance sociale. S’en prenant au vice-Premier ministre et ministre des Services publics Rashid Beebeejaun, Pravind Jugnauth a parlé de « l’irresponsabilité » de celui-ci dans le dossier de l’eau.
« Nous sommes en situation de crise et cela ne date pas d’hier. La situation se détériore de jour en jour. Rashid Beebeejaun vient dire que la European Investment Bank nous a accordé 20 millions d’euros pour ce secteur et que seulement 4 millions d’euros ont été utilisés ! À tel point que cette banque a dû annuler le prêt. On est dans une crise et on n’utilise pas cet argent. Pa mem konn servi larzan ! Normal, CWA depi komie tan san prezidans, san manager. »
Poursuivant, Pravind Jugnauth a critiqué le fait que « nous perdons de l’eau jusqu’à 50 % à travers soit des fuites soit des personnes qui en volent. On démantèle la cellule qui doit se pencher sur la perte d’eau. Rashid Beebeejaun a dormi, c’est un véritable bibelot ». Selon le leader du MSM, la quantité d’eau qui est traitée à Saint-Martin peut être utilisée à des fins agricoles. Or, « pe dir planter servi delo ki kapav boir pou fer irigasion. L’eau qui est traitée, elle, est jetée à la mer ».
Il faudrait, a estimé le leader du parti Soleil, traiter à moyen terme l’eau pour d’autres usages. À Londres, a-t-il souligné, les eaux usées sont traitées et « c’est ce qui coule du robinet et que l’on boit ». Si le VPM se montre optimiste, Pravind Jugnauth est d’avis que l’on ne peut compter sur la nature et attendre que la pluie arrive. « Gouverner, c’est prévoir. Il faut des mesures. »
Pravind Jugnauth considère par ailleurs qu’il ne faudrait pas augmenter le tarif de l’eau avant d’améliorer le système au moyen du fonds mis à disposition par la European Investment Bank. Selon lui, « Rashid Beebeejaun a renvoyé la balle au Premier ministre au Parlement en disant “the PM has taken it upon himself” », ce qui aurait valu au ministre des Services publics « des insultes de la part du PM. Nous en avons été témoins ; le PM s’est levé, a pris son dossier et l’a envoyé vers celui qui l’accompagnait ».S’agissant de l’affaire TLC, le leader du MSM n’a pas ménagé ses mots à l’égard du ministre des TIC Chedumbrum Pillay. Il a critiqué l’« incapacité » du ministre à expliquer pourquoi un Fraud Tracking System n’a pu être mis sur pied, compte tenu de « l’ampleur de la fraude dans le pays aujourd’hui ». « Le ministre avance qu’une enquête est en cours par l’ICAC. Mais, cela n’empêche pas d’instituer un mécanisme pour détecter des fraudes !».
Commentant le cas de Rehana Ameer, Pravind Jugnauth a dénoncé ce qu’il considère une « injustice ». « « Bann seki pe kokin, amize, PM pou defann me dimounn kont ki ena inzistis, sanz pozision ». Il est d’avis que le PM « se décrédibilise à travers ce cas. Le magistrat Denis Vellien a reconnu les fautes de la MBC. Le PM donne l’impression qu’il est d’accord pour reconsidérer l’affaire au Parlement mais réfère le cas à Dan Callikan, qui lui-même a condamné Ameer ».
Au regard de l’affaire Ramdanee, Pravind Jugnauth a déploré le fait que « le PM n’a pu répondre à mes questions : jusqu’à quelle hauteur le détenu était accroché pour se pendre. Le PM a répondu : c’est commun que des détenus se pendent en cellule. Mais, si c’est commun, quelles précautions sont prises par la Police pour empêcher cette common way of committing suicide », s’est-il demandé. Il dit s’interroger sur la manière dont le détenu s’est pendu, au moyen de quel matériel et d’où il tient ce matériel.
Concernant le scandale MedPoint, le leader du MSM a critiqué le fait que l’ICAC « a attendu onze mois avant de demander l’ordre de la Cour suprême pour le gel de l’argent ».
Pravind Jugnauth a aussi pointé du doigt le Law and Order dans le pays : « La polis pe bizin aret la polis. Trois GIPM (Groupe d’intervention de la Police mauricienne) censés intervenir dans les grands cas, eux-mêmes sont en train de voler. Si dan SMF pe kokin, kot pa kapav kokin ? »